Le bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. Non seulement c’ est l'un des plus beaux endroits sur terre, avec  une biodiversité d'une richesse incroyable, c’est   aussi une source vitale de nourriture, de médicaments et d'autres services de base pour plus de 40 millions de Congolais.

La forêt est aujourd’hui  confrontée à une grave menace.

Ayant obtenu des permis destinés uniquement aux exploitants artisanaux de nationalité congolaise, les opérations industrielles étrangères ravagent  des zones massives de la forêt tropicale.

Face à la menace, 22,788 congolais ont signé une pétition que nous venons de présenter au Premier Ministre congolais aujourd'hui.

La pétition demande le renforcement du moratoire existant sur de nouveaux permis d'exploitation forestière industrielle ainsi que  l'annulation de tous les permis  artisanaux illégaux.

"Trop, c'est trop!" Crient ceux qui ont signé la pétition. Le nouveau gouvernement congolais doit prendre des mesures pour renforcer le moratoire existant. Les gens ont signé cette pétition pour exprimer leur frustration au sujet de la destruction incontrôlée de leur forêt - leurs moyens de subsistance et le patrimoine ancestral.

Depuis que le gouvernement congolais a décidé de suspendre l’octroi de nouvelles concessions forestières industrielles, la société civile n’a pas noté d’améliorations perceptibles- en fait, les choses semblent s'empirer : l'exploitation forestière  n’est pas contrôlée,  l’administration forestière  semble être complice dans le scandale.

Les communautés sont indignées car elles assistent à la destruction causée  par des soi-disant exploitants artisanaux qui travaillent  à l'échelle industrielle. Malheureusement cet abus dans l'attribution des permis d'exploitation ne se limite pas à un   endroit, mais il a été enregistré dans les trois grandes provinces forestières et sur l'ensemble du territoire congolais.

Le rythme des opérations, la quantité des grumes évacuées non chiffrées ainsi que  toute la confusion dans l'attribution des permis d'exploitation - tout cela a un impact direct sur les communautés qui dépendent de la forêt, et sur la forêt tropicale elle-même.

Nous espérons que grâce à  la pétition, le Premier Ministre se rendra compte de la tragédie qui se déroule devant lui. Il doit faire ce qui est droit et veiller à protéger la forêt de l'exploitation forestière  illégale  au risque d’assister à sa dévastation.