Quelques jours avant le lancement du système solaire d'alimentation de la radio, la cité d'Oshwe était en ébullition. Les gens marchaient, avec leur radio collée à l'oreille, essayant de trouver la fréquence que les ingénieurs réglaient encore. Ils étaient si passionnés d'obtenir le nouveau signal ; finalement quand ils l'obtenaient, enthousiasmés, ils criaient l'un à l'autre "je l'ai eu ! je l'ai eu! "

Les commerçants locaux étaient aussi très enthousiasmés ; se frottant les mains, ils pensaient à toutes les ventes qu'ils feraient.

Le jour du lancement, de centaines de membres de la communauté d'Oshwe ainsi que les autorités nationales, provinciales et territoriales ont assisté à la cérémonie ; parmi eux le Vice Ministre de l'Intérieur et le Ministre provincial à l'Enseignement Primaire, Secondaire et professionnel

Pour la circonstance, les autorités coutumières ont porté leurs vêtements traditionnels; un signe qui montre que les ancêtres acceptent cette manifestation et ils protègent l'événement entier contre tout incident malheureux.

Les populations d'Oshwe ont mis leurs meilleurs vêtements, et les musiciens traditionnels ont marqué l'occasion avec la musique et la danse.

La radio est très importante dans la vie des communautés forestières isolées comme Oshwe; c'est un moyen important de communication ; elle permet aux gens de communiquer , d'écouter la musique, d'être informés sur les décisions concernant les ressources forestières.

En plus des panneaux solaires sur le toit de la station radio, l'antenne a été aussi surélevée afin d'étendre le signal de la radio. Cela veut dire que d'autres villages -comme Lokolama et Bosobe situés à plus de 100km d'Oshwe-ont pu pour la première fois de leur vie suivre les émissions de la radio. Ils ont envoyé des messages par la phonie pour exprimer leur joie.

« Dans le passé, nous étions négligés par l'autorité nationale mais à présent, avec la radio nous nous sentons connectés à notre pays », dit Placide Boyolo, un citoyen d'Oshwe.

« Fini le bruit du générateur et l'interruption du signal radio, dû au manque de carburant. Nous pouvons écouter pour un long moment la radio,» dit Achille, un jeune homme d'Oshwe.