mardi 20 mars 2012

Un gorille des montagnes, l'une des 218 espèces de mammifères qui font Parc national des Virunga en Ouganda leur maison. © Greenpeace / Takeshi Mizukoshi

Le Parc National de Virunga, est situé le long de la frontière entre la RDC, le Rwanda et l'Ouganda. Ce parc abrite plus de 218 espèces de mammifères et 706 espèces d'oiseaux. Un environnement paisible et verdoyant où la biodiversité est en plein essor. Extrêmement important pour la vie humaine, il fournit de l’eau douce et des revenus substantiels aux communautés locales – revenus tirés du tourisme lié aux gorilles de montagne et de la pêche.

Après des années de guerre, et la mort de millions de personnes et d’animaux, la vie du parc est juste en train de reprendre son élan. La richesse du parc est exceptionnelle, on y découvre une diversité d'habitats incomparable : montagnes, plaines, lac, forêts tropicales; c'est le seul endroit de la RDC où subsistent encore les gorilles de montagne.

Ce parc national, est aujourd’hui sur l’autel de l’avidité des affairistes.

La compagnie pétrolière britannique, SOCO, et d'autres dont Total, cherchent à explorer les réserves de pétrole dans le parc.

Malgré les appels continus de la communauté internationale et des organismes comme l'UNESCO, l'UICN, l'Union Européenne, et beaucoup d'autres, y compris Greenpeace, le gouvernement de la RDC et SOCO ont décidé d’aller de l’avant dans leurs plans d’exploration pétrolière.
 
L'exploration pétrolière dans le parc est en totale contradiction avec les Principes de l'Équateur, relatifs aux garanties sociales et environnementales - principes que SOCO prétend soutenir. La poursuite de cette prospection conduirait à un point de non retour pour l’intégrité du parc lui-même et de sa biodiversité .l’Histoire a démontré que, lorsque le pétrole entre en scène, aucun endroit n’échappe à cette menace.

Greenpeace exige l’arrêt  immédiat des plans de forage de pétrole dans le Parc National de Virunga. Point n’est besoin de s’interroger  à propos de l’effet pervers de telles opérations sur un environnement  aussi vulnérable - l'exploration pétrolière, ainsi que son exploitation risquent de paralyser l'écosystème.

"La cupidité humaine et le désir de profit ne doivent pas prévaloir sur le Parc National de Virunga. Si l'exploration est permise ici, nous allons perdre un fragment irremplaçable de notre planète», a déclaré Olivia Langhoff, Directrice des Campagnes de Greenpeace Afrique.

"Nous appelons les sociétés industrielles concernées à prendre la décision courageuse d'annuler leurs plans de recherche du pétrole. Permettre des activités pétrolières dans le Virunga serait un cas évident d'écocide."