Des Pêcheurs Africains Donnent de la Voix en Europe

Feature Story - mai 4, 2011
De plus en plus de bateaux de pêche industriels européens opèrent dans les eaux de l’Afrique de l’Ouest, menaçant les ressources des pêcheurs locaux, qui dépendent directement du poisson pour vivre et se nourrir, eux et leurs familles.

Jeunes garçons jouant avec leurs prises dans la petite communauté de pécheurs de la Corniche Ouest. Depuis l'arrivée de la flotte Européenne sur les eaux West Africaines, les familles de ces jeunes garçons voient leurs prises baisser.

Les flottes européennes peuvent capturer deux à trois fois plus de poissons que le niveau qui serait durable. Dans les eaux européennes, près de 9 espèces sur 10 sont surexploitées ou au bord de la surexploitation.

Plutôt que de résoudre le problème de la surpêche dans ses eaux, l’Union Européenne a délocalisé sa capacité de pêche, pour satisfaire une demande en produits de la mer en hausse constante et pour maintenir l’activité de ses flottes.

De plus en plus de bateaux de pêche industriels européens opèrent donc dans les eaux des pays en développement. Ameth Wade du Sénégal et Harouna Ismael Lebaye de Mauritanie, représentants des pêcheurs artisanaux de leurs pays, sont au quotidien les témoins de la diminution des stocks de poissons et de la destruction des ressources marines, au profit d’opérateurs étrangers. Ils sont les victimes du pillage de leurs ressources, sans compensation aucune, alors qu’ils dépendent directement du poisson pour vivre et se nourrir, eux et leurs familles.

Greenpeace Afrique veut changer cette situation.


SOS Océans : Surpêche en Afrique de l'Ouest by gpfrance

Neuf représentants des communautés des pêcheurs de l’Afrique de l’Ouest voyageront pour l’Europe. Ils ont prévu des rencontres avec les politiciens européens et ils espèrent, ainsi, changer la politique de l’Union Européenne en matière de pêche dans les eaux africaines. Leurs voix doivent être entendues, dans le débat actuel sur la réforme de la politique commune des pêches, qui encadre la pêche des bateaux européens, dans et hors des eaux européennes.

Ils demandent tous des accords plus justes, pour que chacun puisse pêcher tout en préservant les ressources, et plus équitables, pour que les populations locales puissent aussi profiter des revenus générés par ces accords de pêche.

En effet, dans le cadre de la Politique commune des pêches, l’Union Européenne a mis en place un système d’accords de pêche avec des pays tiers. 16 sont en place, dont 7 avec des pays d’Afrique de l’Ouest. Ces accords sont le plus généralement négociés dans l’opacité la plus totale, avec des gouvernements souvent corrompus.

Ainsi, 718 navires de l’Union européenne pêchent à l’extérieur des eaux européennes, dont 100 navires pour la France (14 %). L’Europe prend un quart de ses prises hors de ses eaux, et les bateaux industriels qui opèrent dans ces zones sont généralement plus longs que des terrains de football (100 mètres) et aspirent littéralement le fond des océans.

La réforme de la politique commune des pêches commence dès maintenant et sera appliquée à partir de 2013.

Greenpeace demande notamment l’abandon progressif des accords en cours et leur remplacement par des accords d’approvisionnement durables là où l’UE ne peut pas être auto suffisante. De plus, l’UE doit aider à renforcer les capacités locales des pays en voie de développement pour une gestion durable de la pêche.

L’objectif doit être d’assurer des revenus aux populations locales et des emplois, de garantir le droit d’accès aux ressources, d’assurer la sécurité et souveraineté alimentaire des populations.