Greenpeace et les acteurs de la pêche artisanale et industrielle lancent la semaine de la pêche durable au Sénégal

Ajouter un commentaire
Feature Story - décembre 5, 2012
Greenpeace et les acteurs de la pêche industrielle et artisanale; membres du Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche du Sénégal (GAIPES), de l'Union Patronale des Mareyeurs-Exportateurs du Sénégal (UPAMES), de la Plateforme des Acteurs de la Pêche Artisanale du Sénégal (PAPAS), d'associations de femmes transformatrices ont lancé aujourd'hui au Sénégal, la semaine de la pêche durable.

Cette initiative conjointe qui se déroulera du 03 au 08 décembre 2012, vise à poser le débat, une fois de plus, sur l’urgence et la nécessité de la mise en place de politiques de pêche durable au Sénégal et à mettre les autorités face à  leur responsabilité de préserver et de protéger le secteur de la pêche qui fait travailler plus d’un million de personnes.

Les activités auront lieu à Dakar (03 Décembre), Nianing (4), Kayar (5), St Louis (06) et Ziguinchor (07 Décembre). Des animations, des expositions de photos, des débats et discussions ainsi que des projections de films sur la pêche, sont prévues durant la semaine. En outre, une conférence de presse sera organisée par l’ensemble des acteurs  concernés, le 12 Décembre 2012  à Dakar, à l'issue de laquelle une déclaration conjointe sera publiée.

Au cours de la semaine, les acteurs de la pêche vont appeler les autorités sénégalaises à redoubler d’efforts dans la mise en place des conditions minimum d’une politique  de pêche durable et de maintenir le cap des actions positives notamment à ne plus jamais accorder de licences de pêche  sur les stocks déjà surexploités.

Ce sera aussi l'occasion de leur rappeler que, dans un souci de bonne gouvernance et de transparence, elles doivent faire la lumière sur les pratiques ayant permis le pillage des ressources halieutiques en toute impunité dans le cadre des autorisations de pêche qui étaient octroyées aux chalutiers pélagiques étrangers.

Greenpeace demande la création d’un réseau de réserves marines dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) Sénégalaise comme outil de préservation et de conservation.