La pêche durable au centre des préoccupations de Greenpeace

Ajouter un commentaire
Feature Story - janvier 13, 2011
Quarante militants de Greenpeace ont amené un faux bateau de pêche industrielle devant le Conseil Européen pour demander à l’Europe d’arrêter la surpêche.

En marge de la réunion des ministres européens de la Pêche, tenue le 13 Janvier 2011, quarante activistes de Greenpeace ont amené un faux bateau de pêche industrielle de 25 mètres de long et 11,5 mètres de haut devant le Conseil européen pour demander à l’Europe d’arrêter la surpêche. En fin de matinée, les militants vont symboliquement démanteler le bateau.

Les océans meurent de trop de pêche!

Aujourd’hui, la flotte européenne est capable de pêcher 2,5 fois en volume ce que nos mers sont en mesure de nous donner. Résultat, 90% des stocks de pêche en Europe sont surexploités. Dans le cas des espèces profondes, 100% des stocks sont au-delà des limites de la sécurité biologique, mais les pêches se poursuivent.

Un pays comme la France a reçu des millions en subventions européennes pour ses flottes industrielles, pour des bateaux toujours plus grands et aux pratiques toujours plus destructrices. Certains peuvent en un seul trait de chalut, détruire un écosystème entier. En Afrique, Greenpeace commencera sa campagne contre la surpêche dans les eaux de l’Afrique de l’ouest avec l'ouverture d’un bureau à Dakar au Sénégal en Février 2010. La principale mission de ce nouveau bureau de Greenpeace sera de combattre les activités des bateaux européens qui pratiquent la surpêche et la pêche illégale dans les eaux Africaines.

L’ Europe incapable de protéger les ressources

Pour gérer la pêche, l’Union européenne doit se conformer aux avis scientifiques…. Mais elle en est malheureusement incapable, tant elle est à l’écoute des lobbies de la pêche industrielle. Les ministres marchandent et revoient à la hausse les quotas de pêche proposés par les scientifiques : en 2010, par exemple, l’Union européenne avait adopté des quotas supérieurs de 34% aux avis scientifiques !

Au lieu de mettre fin à la surpêche et de démanteler les bateaux qui pillent les mers, les ministres européens vont toujours plus loin dans le pillage des ressources.

Une réforme cruciale de la politique européenne des pêches

En arrière-plan des discussions sur ces quotas, un processus de réforme de la Politique commune des pêches (PCP) doit aboutir début 2013 et devra intégrer les objectifs de réduction de la surcapacité de pêche. Cela doit se traduire par le départ des flottes des bateaux industriels, et non par leur « exportation » vers d’autres océans ou par leur re-pavillonnage dans d’autres pays, comme c’est encore trop souvent le cas. L’obligation de respecter les avis scientifiques pour la fixation des quotas. Des règles permettant d’instaurer des réserves marines, afin de contribuer à la gestion durable des pêcheries. Les flottes européennes sont devenues de plus en plus destructrices, alors que le nombre d’emplois qu’elles supportent n’a fait que diminuer. Une réforme de la Politique commune des pêches n’a de sens que si les responsables s’entendent pour pêcher moins et soutenir les pêcheurs qui ont des pratiques réellement durables!