Le Sénégal annule 29 autorisations de pêche accordées aux navires étrangers

Nos félicitations au ministre de la pêche et des affaires maritimes

Ajouter un commentaire
Feature Story - mai 4, 2012
Monsieur le Ministre,

C’est avec joie que nous avons appris la décision du gouvernement sénégalais d'annuler les autorisations de pêche pélagique hauturière délivrées à 29 chalutiers étrangers. Permettez-nous d'abords de vous féliciter sincèrement de cette décision si importante qui vient en son heure car la situation des stocks des ressources halieutiques du Sénégal mérite une attention particulière de la part des autorités publiques.

En effet, depuis plus de 18 mois, Greenpeace mène, aux côtes des acteurs de la pêche sénégalaise et de la société civile, une  campagne pour l’annulation de ces autorisations. Le bureau de Dakar a eu le privilège d'échanger mercredi 2 mai avec vous sur notre mission au Sénégal et en Afrique de l'ouest mais aussi pour vous donner notre position sur la gestion du secteur de la pêche et précisément sur la polémique qui entoure depuis bientôt deux ans les autorisations de pêche délivrées aux navires étrangers.

Greenpeace est une organisation internationale indépendante dont le but est de dénoncer les atteintes à l’environnement et d’apporter des solutions qui contribuent à sa protection et à la promotion de la paix à travers ses campagnes mondiales. Notre bureau de l'Afrique de l'Ouest basé au Sénégal, mène une campagne pour lutter contre la surpêche dans les eaux africaines et pour développer des alternatives viables à cette préoccupante question.

Ainsi Greenpeace plaide entre autres, pour la fin de la pêche illégale, non-déclarée, non-réglementée; l'élimination des pratiques de pêche destructrices pour garantir des stocks durables de vie marine; une réduction de la taille et du nombre de flottes étrangères admises à pêcher dans les eaux africaines, avec un renforcement de la surveillance et du contrôle.

Notre organisation milite aussi pour la création d'un réseau de réserves marines dans les Zones Economiques exclusives (ZEE) des pays ainsi que la mise en œuvre de politiques de pêche durables capables de garantir des emplois et une sécurité alimentaire pour des millions d’ouest-africain.

Greenpeace exhorte l’Etat du Sénégal à continuer dans cette dynamique et à décréter, d’urgence, un moratoire sur l’attribution pour toute nouvelle autorisation ou licence de pêche et souhaite que le Sénégal devienne leader en matière de bonne gestion des ressources halieutiques dans la sous-région.  

En vous assurant de notre disponibilité à accompagner le Sénégal dans cette mission, nous vous prions, Monsieur le Ministre, d’agréer l’expression de  nos considérations les plus distinguées,

Greenpeace Africa