Une réunion des ministres de l'UE se prépare à Bruxelles

Greenpeace arrête les activités d’un super-chalutier dans les eaux mauritaniennes

1 commentaire
Feature Story - mars 19, 2012
Alors que les que ministres européens se préparent pour une réunion, la semaine prochaine, afin de discuter de la réforme de l'UE sur la politique commune de la pêche (PCP)1 et son impact sur la pêche dans les eaux étrangères, Greenpeace a mené, ce jeudi, une action de protestation, en mer, en Afrique de l’Ouest.

Des activistes ont pacifiquement relié une bouée géante sur les filets du chalutier-usine Dirk Diederik pour l'empêcher de pêcher. 

Actuellement, plus de dix chalutiers pélagiques congélateurs européens sont dans la zone de Nouadhibou (Mauritanie). Chacun de ces navires est capable de traiter et congeler environ 250.000 kilos de poisson par jour.
  
"Jusqu’aujourd’hui, nous n’avons vu aucune action prise par les ministres européens contre la surcapacité2. Greenpeace n'a pas d'autre choix que d'affronter les énormes chalutiers européens qui pillent les eaux ouest-africaines et laissent les pêcheurs locaux les mains vides", a déclaré Iris Menn, militant à bord du navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise.
 
Cette action intervient alors que les ministres européens débattront la semaine prochaine sur la «dimension extérieure» de la flotte de pêche européenne, qui prend environ 1,2 millions de tonnes de poisson par an en dehors de leurs eaux. C'est presque un quart de son volume total des prises. 

De plus en plus des navires de pêche de l'UE entre en concurrence avec les pêcheurs locaux des États étrangers côtiers, dans les pays en développement.

L’Arctic Sunrise est depuis maintenant cinq semaines dans les eaux sénégalo-mauritaniennes où il documente et expose la surpêche par les flottes étrangères.

L’action d’aujourd’hui fait suite une à la journée marathon du mardi pendant laquelle sept chalutiers-usines européens ont été marqués du mot «pillage !» par les activistes de Greenpeace, en moins de 12 heures, dans les eaux mauritaniennes.