Nokia reprend la tête du classement « Pour une high-tech responsable »

Feature Story - septembre 15, 2008
La neuvième édition du classement « Pour une high-tech responsable » de Greenpeace révèle que cinq marques ont fait des progrès significatifs : Nokia, avec une belle longueur d’avance, puis, dans un mouchoir de poche, Samsung, Fujitsu Siemens, Sony Ericsson et Sony (1). « La plupart des grandes marques font désormais des efforts pour se conformer aux critères de plus en plus stricts de notre classement, commente Zeina Al Hajj, responsable de la campagne Toxiques. Apple, Nokia, Sony Ericsson et Samsung enregistrent en particulier les meilleures performances sur le volet "économies d’énergie". »

La neuvième édition du classement « Pour une high-tech responsable » de Greenpeace.

Le quinté de tête

Nokia regagne la tête du classement (2), grâce à l'amélioration de ses services de reprise des appareils obsolètes développés en Inde (3), l'un des pays les plus fortement touchés par les pollutions dues aux « e-déchets ». Samsung décroche la 2e place alors que Fujitsu Siemens bondit du 15e à au 3e rang, une spectaculaire ascension réalisée suite à l'engagement de la marque à éliminer tous les plastiques PVC et les retardateurs de flamme bromés (RFB) de sa gamme de produits d'ici à fin 2010. Sony Ericsson et Sony ferment la marche.

Les mauvais élèves

Philips se fait remarquer par ses piètres performances en matière de gestion des déchets électroniques et leur recyclage. L'entreprise occupe la 12e position, après avoir écopé d'un point de pénalité pour le lobbying qu'elle a pratiqué contre le principe de responsabilité individuelle du producteur au sein de l'Union européenne (4). En queue de peloton, Microsoft, suivi de Sharp et enfin Nintendo, qui conserve son bonnet d'âne depuis son entrée dans le classement, en décembre 2007.

Du nouveau chez Apple !

Jusqu'à présent, aucun fabricant ne commercialise d'appareil électronique totalement exempt de retardateurs de flamme bromés et de PVC. Certaines marques ont déjà lancé des produits contenant ces substances toxiques en quantité limitée, et d'autres, comme Nokia et Sony Ericsson, ont annoncé leur intention de produire des appareils sans retardateurs de flamme bromés, ni PVC ni mercure. La semaine dernière, le PDG d'Apple, Steve Jobs, a annoncé que la nouvelle gamme d'iPod sera bientôt sans retardateurs de flamme bromés, ni PVC ni mercure. Une annonce saluée par Greenpeace. « Apple franchit une nouvelle étape. Nous attendons avec impatience que l'étape suivante, c'est-à-dire une annonce du même type pour tous les produits Apple, des iPhones jusqu'aux Mac, reprend Zeina Al Hajj. Sur l'iPod, des progrès restent néanmoins à faire, notamment concernant la durée du vie de cet appareil : remplacer la batterie coûte cher, ce qui incite à l'achat d'un nouveau modèle. »

À quoi sert le classement de Greenpeace ?

Le guide « Pour une high-tech responsable », lancé en août 2006, classe tous les trois mois les 18 principaux fabricants d'appareils électroniques en fonction de trois critères : consommation énergétique de leurs appareils, politique en matière de substances chimiques et gestion des déchets/recyclage. L'objectif de ce guide est d'offrir un outil aux consommateurs pour éclairer leurs choix lors d'un achat, mais aussi de faire émerger une demande forte de produits électroniques économes en énergie et exempts de substances toxiques. De tels appareils pourront donc ensuite être recyclés sans polluer l'environnement et sans mettre en danger la santé des travailleurs du recyclage, en Europe mais aussi dans les pays en voie de développement d'Asie ou d'Afrique.

(1) Version complète sur www.greenpeace.org/greenerelectronics (en anglais).

(2) Nokia avait décroché la 1ère place dans la 5e édition du classement, en septembre 2007.

(3) Voir www.greenpeace.org/india/press/reports/take-back-blues

(4) Philips, Sharp et Sanyo étaient membres de l'EMCRR (Electronic Manufacturers' Coalition for Responsible Recycling). Cette organisation militait pour que le recyclage des déchets électroniques soit financé non pas par les producteurs, mais par les consommateurs. Elle a été dissoute en août 2008.

Thèmes