L’Allemagne lance un signal fort en saisissant du bois illégal provenant de la République Démocratique du Congo (RDC)

Communiqué de presse - novembre 27, 2013
KInshasa le 27 novembre 2013 - Les autorités allemandes ont saisi deux cargaisons de bois illégal en provenance de la RDC. Cette saisie constitue le premier cas d’application du nouveau Règlement Bois de l’Union Européenne (RBUE), depuis son entrée en vigueur au mois de mars 2013. L'action du gouvernement a été déclenchée par une alerte de Greenpeace.

« Cette saisie lance un signal fort à toutes les entreprises d’exploitation forestière ainsi qu’à leurs clients européens afin qu’ils évitent toute pratique commerciale frauduleuse », a déclaré Danielle van Oijen, chargée de la campagne forêt à Greenpeace Pays-Bas.

Le bois saisi est du « Wengé », une espèce d'arbre tropical en voie de disparition, qui requiert pour son exploitation un permis de coupe spécial au regard de la loi congolaise sur les forêts. Ce bois a été enregistré par la société d’exploitation forestière libanaise la Bakri Bois Corporation (BBC) en RDC. Il était destiné à l’entreprise suisse Bois d’Afrique Mondiale. Il avait transité par le port d’Anvers avant d’être finalement mis sur le marché européen via différents commerçants de bois allemands. Un lot séparé s’est retrouvé en République tchèque pour traitement.

“Les autorités Congolaises ne doivent  plus fermer les yeux. Il en va de l’avenir des forêts et des millions de personnes qui en dépendent. L’exploitation forestière illégale et destructrice a pris des allures inquiétantes et cette situation doit s’arrêter. Le gouvernement congolais devrait annuler le contrat de BBC et ouvrir une enquête sur ce cas ; poursuivre  et sanctionner toute personne qui serait impliquée dans la falsification présumée des documents officiels.  Afin que dans le futur pas la moindre écharde de bois illégal en provenance de la RDC ne  soit retrouvée sur le marché européen », explique Raoul Monsembula, coordinateur national RDC pour Greenpeace Afrique.

Rappelons encore que les troncs du bois confisqué avaient été abattus par BBC sous un permis d’exploitation illégal, ce qui a été relevé à plusieurs reprises par l’organisation britannique « Resources Extraction Monitoring » (REM), officiellement reconnue par l’Union Européenne  comme observateurs indépendants du secteur forestier congolais. Le contenu du rapport de REM (1), qui révélait les activités illégales de Bakri Bois Corporation, a été approuvé par les autorités congolaises. Une mission conjointe menée sur le terrain par Greenpeace Afrique, Global Witness et les ONG locales a confirmé ces rapports indépendants et relevé d'autres cas d'irrégularités.

 

Contact pour les médias :

Najia Bounaim, Chargée de communication, Greenpeace Afrique : +27 799 304 743,

Raoul Monsembula, Coordonnateur National RDC : +243999010900,