Greenpeace appelle le Président Macky Sall à maintenir le gel des licences de pêche aux chalutiers pélagiques étrangers

Communiqué de presse - mai 17, 2013
Dakar, le 15 Mai 2013: À l’occasion de la cérémonie officielle de remise des « Peter Benchley Ocean Awards », en particulier du prix décerné au Président Macky Sall pour sa décision de geler les licences de pêche pour les chalutiers étrangers, Greenpeace invite celui-ci à maintenir ce gel jusqu'à ce que des études scientifiques prouvent que les stocks de poissons dans les eaux sénégalaises se sont reconstitués. Au-delà, nous appelons le Président à confirmer ses déclarations d’intention en matière de gouvernance et de gestion des pêches et de prendre des initiatives en ce sens au niveau régional.

La cérémonie officielle de remise de Prix de la sixième édition des « Peter Benchley Ocean Awards1» se tient aujourd’hui à Washington DC. Parmi les lauréats, le Président Macky Sall, primé pour son engagement en faveur de la protection des ressources halieutiques au Sénégal.

Pour rappel, en avril 2012, le Président Sall avait  annulé 29 autorisations de pêche octroyées par l’ancien régime à des navires étrangers dans des conditions illégales.  Une décision saluée au Sénégal et bien au-delà.

Alors qu��il recevait ce prix, par anticipation, en mars dernier, Macky Sall avait confié à un journaliste américain la possibilité d’un retour des chalutiers étrangers2.Cette déclaration  préoccupe énormément les acteurs de la pêche etde la  protection des océans et installe le doute dans l’esprit des millions d'individus qui se sont battus pour la reconnaissance internationale dont le Chef d’Etat fait aujourd’hui l’objet.

Les stocks de ressources marines en général et pélagiques en particulier sont dans une situation très préoccupante au Sénégal. Il est plus qu’indispensable de se référer aux avis scientifiques avant de prendre une décision relative à un éventuel retour des chalutiers étrangers.

"L’éventualité d’un retour des navires pélagiques étrangers dans un temps si court nous semble tout à fait prématurée, d’autant qu'elle ne se fonde sur aucun argument économique, social et encore moins scientifique", selon Ahmed Diamé, chargé de campagne océans de Greenpeace Afrique.

Depuis des décennies, ces ressources ont fait l’objet d’un pillage systématique par des navires en provenance d’Europe, d’Asie et de Russie, exposant les communautés locales au chômage et à la pauvreté. L’exploitation de ces ressources fournit des emplois considérables et constitue une source importante de protéine pour les populations du Sénégal et d’Afrique de l’Ouest.

« Il serait lamentable que le Président mette en péril les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire  des millions de Sénégalais pour quelques francs symboliques3 palliant de manière extrêmement insatisfaisante les problèmes de trésorerie de l’Etat selon une vision de très court terme », a ajouté Diamé.

Le Président Macky Sall et son gouvernement ont suscité beaucoup d’espoir au sein de la population sénégalaise et des acteurs de la pêche en avril 2012. Un espoir reconnu et récompensé à l’échelle internationale. 

« Il serait dommage qu’un tel élan se brise aussi tôt alors que le Sénégal doit apparaitre, aujourd’hui, comme un modèle pour la sous-région », conclut Ahmed Diamé.

Greenpeace invite le président Macky Sall à revenir sur la déclaration faite à Washington et à porter le combat de la gestion durable des ressources marines au niveau régional.  

Notes de l'Éditeur:

(1)http://www.bluefront.org/wordpress/?p=4205&utm_source=Blue+Frontier&utm_campaign=0e6d31d381-Blue_Notes_107_jan2013&utm_medium=email

 (2)http://www.ipsnews.net/2013/04/senegals-leader-urged-to-save-sardinella/

http://www.ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=7528

 (3)http://www.greenpeace.org/africa/fr/Actualities/Blogs-de-Greenpeace-Afrique/plus-jamais-a/blog/42525/

Contacts:

 Ahmed DIAME, Chargé de Campagne Océans Greenpeace Afrique,

+ 221 77 3328993,

Bakary Coulibaly, Chargé de communication Campagne Océans Greenpeace Afrique.

+22177 3336265,