Greenpeace juge la décision du Ghana de lutter contre la surpêche destructrice opportune

Communiqué de presse - août 27, 2013
Le gouvernement ghanéen a décidé de s’élever vigoureusement contre le pillage effréné des océans et la surpêche. Il a une imposé uneamende de 3,1 millions de dollars américains à 10 sociétés pour pêche illégale, non déclarée et non réglementée(INN) et activités de transbordement.

"Greenpeace salue la décision prise par le gouvernement ghanéen de mettre un terme à ces activités de pêche INN qui sont une violation des règles nationales et internationalessur les pêcheries. Cette décision très importanteconstitue une étape importante pour une meilleure gestion des ressources halieutiquesextrêmement fragiles au Ghana" a déclaré Marie Suzanne Traoré, chargée de campagne océans à Greenpeace Afrique.

«Nous accueillons également favorablement l’annonceselon laquelle le Ghanaa décidé de surveiller rigoureusement les navires de pêche dans sa zone économique exclusive (ZEE). L’intention d'entreprendre des recherches sur l'état des stocks de poisson dès le mois prochain est aussi une avancée pour mettre un terme à la surexploitation des ressources », a-t-elle poursuivi.

« L'année dernière,le Sénégal a annulé 29 licences de pêche illégales, et le Ghana suit le même mouvement. Il est temps pour tous les gouvernements ouest-africains de travailler ensemble vers une responsabilité et une gestion conjointes de nos ressources halieutiques si précieuses. » a conclu Marie Suzanne Traoré.