Greenpeace, témoin de la protestation des communautés riveraines d’Oshwe contre la société d'exploitation forestière SODEFOR

Communiqué de presse - septembre 23, 2010
Kinshasa, le 22 septembre 2010: Greenpeace recommande au Gouvernement de la République Démocratique du Congo d’assainir le secteur de l'exploitation forestière industrielle et de stopper son expansion. Cet appel vient renforcer celui de plusieurs centaines des membres de diverses communautés riveraines du territoire d’Oshwe dans la province de Bandundu, qui ont protesté contre l'exploitation forestière par la SODEFOR (Société de Développement Forestier). Leurs manifestations se sont déroulées pendant une réunion organisée par la SODEFOR. Tenue du 9 au 11 septembre, la réunion visait à initier un cadre de concertation avec les communautés du territoire d’Oshwe. Greenpeace y était présente en tant qu’observatrice.

Ce n’est pas la première fois que cette filiale du groupe Nordsudtimber (NST) basé au Liechtenstein, soit ouvertement critiquée pour ses pratiques causant préjudices aux communautés d’Oshwe et pour ses piètres contributions au développement local. En début 2010, Greenpeace et d’autres organisations, ont également condamné la SODEFOR pour avoir été à l'origine de conflit intercommunautaire, ce qui a conduit à la mort tragique de Georges Nkaka, un membre du groupement Bokongo, au mois de février dernier[i].

Ayant été victimes de plusieurs promesses non réalisées par la SODEFOR, l’engagement pris par celle-ci de réparer ses torts dans le futur a laissé sceptiques les participants. La société dit vouloir être jugée sur ses actions, lesquelles ont pourtant failli depuis sa création en 1994[ii].

De la cité vers la salle de la réunion, les manifestants ont à leur tour démontré leur ras-le- bol en scandant des slogans tel que : « toboyi SODEFOR » : nous ne voulons plus de SODEFOR, etc.

Le code forestier de 2002 exige des compagnies forestières la signature de la clause sociale du cahier des charges, comme une des conditions préalables à la signature de contrat de concession forestière. De plus, la SODEFOR aspire à acquérir un label de « gestion durable des forêts », telle une certification FSC et prépare déjà à cette fin un pré-audit. Contrainte par ces exigences, la SODEFOR et ses partenaires n’ont plus d’autres choix que de se rapprocher des communautés locales et peuples autochtones.

Mais, méfiantes et très réservées, les communautés riveraines, en l’occurrence celles de Bokongo, insistent pour que les préalables[iii] qu’elles réclament soient remplis avant tout processus de négociation. D’autres encore ont émis des réserves en rapport avec les négociations et attendent d’observer la bonne foi de SODEFOR dans les réalisations de ses obligations avec les premières communautés signataires.

Greenpeace demande au Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme de prendre un arrêté fixant le délai de signature de la clause sociale du cahier des charges, au-delà duquel aucun contrat de concession forestière ne pourra être signé.

Greenpeace a plusieurs fois dénoncé que l'exploitation industrielle des forêts n’est pas un bon modèle pour le développement du pays, elle conduit à une dégradation dangereuse des forêts intactes et des zones à haute valeur de conservation.

Le gouvernement congolais ne devrait donc pas étendre l'exploitation industrielle forestière dans les forêts intactes et de haute valeur de conservation[iv], mais renforcer le moratoire existant sur de nouvelles allocations. Avec l’appui des bailleurs de fonds, il devrait continuer à s’investir dans l'assainissement de la filière du bois et développer une stratégie REDD[v] appropriée, encourageant des modèles de développement alternatifs plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté, la sauvegarde des forêts naturelles et de la biodiversité ainsi que la lutte contre le changement climatique.

Pour plus d'informations:

Augustine Kasambule (Chargée de Communication) : +243998230896

Irène Wabiwa (Chargée de campagne Forêts) : +243997853171

René Ngongo (Conseiller Politique Forêts) : +243998334500

[i] Greenpeace, SARW, OSISA, RRN, OCEAN, CERN, CENADEP, ASADHO, CJPSC, CDJP, « Rapport du plaidoyer relatif aux conflits récurrents entre la Sodefor et le groupement Bokongo à Oshwe au Bandundu, » mars 2010

[ii] Les filiales congolaises de Norsudtimber détiennent des permis forestiers couvrant une superficie de plus de 7 millions d’hectares, comprenant de nombreuses forêts intactes.

[iii] Les communautés locales réclament l’indemnisation de la famille du défunt Georges NKAKA et le paiement de leurs droits liés à plusieurs années d’exploitation des forêts par SODEFOR

[iv] Une récente proposition du gouvernement suggère une expansion de 10 millions d’hectares de forêts, en plus des 12 millions d’hectares déjà alloués aux exploitants industriels du bois

[v] REDD : Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation forestière

Thèmes