Les acteurs de la pêche artisanale sénégalaise lance une plateforme pour protéger leurs moyens de subsistance

Ajouter un commentaire
Communiqué de presse - octobre 19, 2012
Warang, le 19 octobre 2012 – Greenpeace Afrique a accompagné, ce vendredi, les acteurs de la pêche artisanale du Sénégal dans la création d’une plateforme dénommée «Plateforme des Acteurs de la Pêche Artisanale du Sénégal (PAPAS)» pour faire face au pillage et à la raréfaction des ressources halieutiques.

Résultat d'un atelier de trois jours intitulé «vers une plateforme de concertation des acteurs de la pêche artisanale du Sénégal» qui a pris fin aujourd'hui, la nouvelle structure regroupe des pêcheurs artisans, des mareyeurs et des transformatrices issus de différentes communautés côtières.

Cet atelier vient juste après que Greenpeace a récemment fait des révélations sur le pillage organisé des ressources pélagiques du Sénégal par certains fonctionnaires de l’ancien gouvernement. Un rapport qui a également révélé un manque à gagner de près de 8 milliards de FCFA pour l’Etat du Sénégal. [1]

Selon Raoul Monsembula, Chargé de campagne Océans à Greenpeace Afrique, «les acteurs de la pêche artisanale ont créé cette plateforme pour aider à la préservation et à la gestion responsable des leurs pêcheries traditionnelles touchées par la surpêche et le pillage par les chalutiers étrangers, afin d'assurer la durabilité de leurs moyens de subsistance ».

La nouvelle structure ambitionne également de défendre les intérêts de la pêche artisanale à travers la mise en place d’un cadre de concertation et d’actions de ses membres ; la promotion de la bonne gouvernance et d’une gestion durable des ressources halieutiques.

«Bien plus qu’une simple structure, la PAPAS sera un mouvement vers le changement avec les valeurs fondamentales que sont la transparence, l'engagement et la responsabilité", a déclaré Abdou Karim SALL, Coordonnateur du Comité ad hoc.

«L’ère de l’irresponsabilité, des tâtonnements et des erreurs est révolue. Désormais, nous, acteurs de la pêche artisanale, avons  nos yeux ouverts », a-t-il ajouté.

Greenpeace demande au gouvernement du Sénégal de mettre en place des conditions de gestion durable des ressources afin de garantir la sécurité alimentaire et les emplois de millions d’individus.

 Contacts: 

  • Raoul Monsembula, Chargé de Campagne Océans à Greenpeace Afrique Tel: 221 773 328 994. raoul.monsembula@greenpeace.org
  • Bakary Coulibaly, Chargé de Communications à Greenpeace Afrique. Tel: 221 773 336 265.

 Notes de l’éditeur : 

Rapport sur le pillage organisé des ressources pélagiques du Sénégal entre mars 2010 et avril 2012 téléchargeable sur

http://www.greenpeace.org/africa/Global/africa/publications/oceans/MainBasseSurLaSardinelle.pdf