Greenpeace et les acteurs de la pêche artisanale et industrielle du Sénégal unissent leurs forces pour protéger les ressources marines

Communiqué de presse - décembre 6, 2012
Dakar, 05 décembre 2012 - Greenpeace et les acteurs de la pêche industrielle et artisanale, membres du Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche du Sénégal (GAIPES), de l'Union Patronale des Mareyeurs-Exportateurs du Sénégal (UPAMES), de la Plateforme des Acteurs de la Pêche Artisanale du Sénégal (PAPAS) et d'associations de femmes transformatrices ; ont lancé lundi à Dakar, la "Semaine de la Pêche Durable".

Cette initiative conjointe célébrera du 3 au 8 Décembre 2012, les uniques ressources marines du Sénégal. Cela vient 7 mois après que le gouvernement a arrêté l'exploitation par des flottes étrangères, des eaux territoriales. Elle met en évidence les actions courageuses du gouvernement de révoquer 29 autorisations de pêche octroyées aux chalutiers étrangers, tout en exposant l'urgence et la nécessité de la mise en place de politiques de pêche durable au Sénégal.

 «Nos pêcheries sont toujours menacées par la surpêche et les autorités sénégalaises ont maintenant besoin de donner suite à leur engagement à protéger le secteur de la pêche où travaillent plus d'un million de personnes", a déclaré Ahmed Diamé, chargé de campagne océans de Greenpeace Afrique.

Les activités auront lieu à Dakar (03 décembre), Kayar (05 décembre), St Louis (06 décembre), Ziguinchor et Nianing (07 Décembre). Des animations, des expositions de photos, des débats et discussions ainsi que des projections de films sur la pêche, sont prévues durant la semaine.

Cette semaine est l’occasion de saluer, à nouveau, les efforts jusque-là consentis par les nouvelles autorités sénégalaises pour la préservation des pêcheries avec l’annulation, au  mois d’avril dernier, des autorisations de pêche qui avaient été octroyées à des chalutiers pélagiques étrangers.

Les autorités doivent maintenant écouter les acteurs de la pêche et les impliquer pleinement dans le processus décisionnel concernant la gestion des ressources halieutiques », a déclaré Karim Sall, coordinateur du comité ad hoc de la PAPAS

Aussi, un appel est lancé au gouvernement pour qu’il maintienne le cap des actions positives notamment de ne plus jamais accorder de licences de pêche sur les stocks déjà surexploités; et de veiller à ce que la lumière soit faite sur le pillage des ressources halieutiques récemment dévoilé (1) et condamné par  la société civile dont Greenpeace, les pêcheurs artisans et les industriels.

Greenpeace demande la création d’un réseau de réserves marines dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) Sénégalaise comme outil de préservation et de conservation.

Contacts:

  • Ahmed Diamé, Chargé de Campagne Océans Greenpeace Afrique. Tel: 221 77 332 89 93  adiame@ greenpeace.org
  • Bakary Coulibaly, Chargé de communications Greenpeace Afrique. Tel: 221 773 336 265.

 

Notes de l'Editeur:

(1)http://www.greenpeace.org/africa/Global/africa/publications/oceans/MainBasseSurLaSardinelle.pdf