Que faisons-nous - Les questions sur lesquels nous travaillons

 

Nous défendons le monde naturel et de promouvoir la paix dans les enquêtes, dénoncer et attaquer les atteintes à l'environnement, et le champion des solutions écologiquement responsables.

Arrêtons le dangereux changement climatique.

Le changement climatique est la plus grande menace à laquelle l'humanité ait jamais dû faire face. Ses effets se font ressentir sur toute la planète et menacent déjà la survie des populations les plus vulnérables. Le secteur de l'énergie à lui seul est responsable de près de deux-tiers des émissions globales de gaz à effet de serre, le charbon y contribuant le plus.

L'Afrique du Sud est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre en Afrique : voilà pourquoi Greenpeace mène campagne afin que l'Afrique du Sud prennent la tête d'une révolution énergétique en Afrique, en adoptant d'ambitieux objectifs pour l'énergie renouvelable, en cessant d'utiliser massivement le charbon et en balayant la croyance erronée que l'énergie nucléaire est une option moins chère et plus sûre pour lutter contre le changement climatique.

Découvrez notre campagne climatique.

Le Bassin du Congo abrite de 40 à 60 millions de personnes qui en dépendent pour leur survie. Cette forêt absolument unique offre un habitat à environ 270 espèces de mammifères, dont nombre ne vivent nulle part ailleurs dans le monde. La forêt est essentielle pour la régulation du climat mondial, mais elle est menacée par l'exploitation industrielle.

Greenpeace travaille en partenariat avec des organisations locales afin de préserver les forêts pour les populations locales, le climat mondial et la vie sauvage. Nous menons également une campagne en faveur d'un accord de financement international,  appelé 'Forest for Climate', qui rendrait la protection des forêts économiquement plus intéressante que leur destruction massive.

Arrêtons de piller les océans

Les eaux très riches des côtes africaines attirent les flottes de pêche du monde entier. Les grands bateaux de pêche des flottes étrangères capturent beaucoup trop de poissons, ne laissant aux pêcheurs des communautés locales que des stocks épuisés, là où le poisson abondait auparavant.

Greenpeace plaide en faveur d'une réduction drastique de la pêche illégale, non régulée et non enregistrée, de la réduction de la capacité de pêche des flottes étrangères dans les eaux africaines et de la création de réserves marines pour garantir la survie des communautés côtières africaines et la diversité de la vie marine.

Les dernières mises à jour

 

Les chimpanzés du Cameroun se retrouvent dans la ligne de mire de l'huile de palme

Billet de blogue par Jan Cappelle | août 8, 2013

Avec du recul, il était évident que visiter la forêt tropicale camerounaise pendant la saison des pluies pouvait réserver bien des surprises. Glissant dans des pentes de boue, ruisselant tantôt à cause de la chaleur, tantôt de la...

Rétablir la vérité sur la déforestation au bassin Congo

Billet de blogue par Raoul Monsembula | juillet 26, 2013

Le bassin du Congo abrite la deuxième plus grande superficie de forêt tropicale sur terre. Une étude récente publiée cette semaine a présenté les conclusions selon lesquelles le taux de déforestation dans cette région est...

La Trajectoire Du Bois Illegal

Feature Story | juillet 3, 2013 à 11:03

Une cargaison de bois illégale d’espèces en voie de disparition de la République Démocratique du Congo a été trouvée dans une usine de transformation en République Tchèque détenue par le très controversé groupe de bois suisse Danzer.

La poursuite de 7$ millions de Résolu contre Greenpeace vise à bâillonner la critique

Billet de blogue par Greenpeace Canada | juin 21, 2013

Greenpeace Canada a promis aujourd’hui qu’elle ne sera pas réduite au silence par la poursuite en diffamation de 7 millions de dollars intentée par la plus grosse multinationale forestière au Canada, Produits forestiers Résolu (TSX :...

Nos océans se vident : les pêcheurs sonnent l’alarme pour une meilleure gouvernance

Billet de blogue par Marie Suzanne Traoré | juin 10, 2013

Nos océans sont en crise. Exploitation à outrance des ressources marines, destruction des habitats, pollution, utilisation d’engins de pêche prohibés, acidification et changements climatiques perturbent l’équilibre de la faune et de la...

Ensemble, préservons l'océan!

Billet de blogue par Dianne Mc Alpine | juin 10, 2013

Les océans ne nous éloignent pas, ils nous relient. Ils sont beaux, impitoyables, et vastes, ils abritent des formes de vie considérables que nous respectons et vénérons.  Mais, malheureusement, ils sont également surexploités...

La joie des communautés se transforme en déception après la levée de l’ordonnance de...

Billet de blogue par Irene Wabiwa | juin 6, 2013

On dansait dans les rues de Mundemba et Fabe quand la nouvelle est arrivée, il ya deux semaines, indiquant que le gouvernement camerounais avait suspendu les opérations d'exploitation forestière d'Herakles Farms. En effet, les...

Prix Benchley pour l’océan : Macky le mérite-t-il toujours ?

Billet de blogue par Ahmed Diamé | mai 17, 2013

Ce mercredi 15 mai 2013, tous les yeux de ceux qui se sentent concernés par la protection des océans sont tournés vers Washington DC. La " Blue Frontier Campaign" va procéder, officiellement, à la remise des prix de la 6 ème édition...

Danzer, la compagnie forestière (enfin) rattrapée par la justice en Europe

Billet de blogue par Karine Jacquemart | mai 13, 2013

Le 25 avril dernier, l’ONG Global Witness et le Centre Européen pour les Droits constitutionnels et les Droits de l’Homme (European Center for Constitutional and Human Rights, ECCHR) ont déposé une plainte contre un responsable de la...

Quand Casino décide de mépriser les voix de consommateurs sénégalais

Billet de blogue par Ahmed Diamé | mai 13, 2013

"Les chiens aboient, la caravane passe.” Telle est, en substance, la réponse de Casino Sénégal aux milliers de consommateurs appelant l’entreprise à cesser de vendre du «thiof» (mérou blanc) considéré aujourd’hui comme une espèce...

21 - 30 de 220 résultats.