Arrêter le changement climatique

D'énormes quantités de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre sont libérées dans l'air par l'incinération des combustibles fossiles, comme le charbon, le pétrole, le gaz, mais aussi par la déforestation. Ce dioxyde de carbone altère la composition des gaz de l'atmosphère et contribue au changement climatique (également appelé réchauffement climatique).

Cause et effet

Bien que l'Afrique contribue fort peu au changement climatique, ce continent souffre également de ses effets. Les modèles pluviométriques imprévisibles entraînent des récoltes réduites, des hausses des prix alimentaires et une baisse des ressources. Tandis que les pays développés débattent sur ce que pourrait provoquer le changement climatique dans un futur proche, celui-ci menace déjà les populations les plus vulnérables de la planète. Bien que l'Afrique contribue fort peu au changement climatique, ce continent souffre également de ses effets.

Les impacts du changement climatique se font sentir sur toute la planète : le niveau de la mer monte, les tempêtes tropicales ravagent les côtes, des terres anciennement fertiles sont à présent inondées ou totalement desséchées et le permafrost fond dans les régions polaires. Bien que l'Afrique contribue relativement peu au réchauffement global, la région souffre également de ses effets.

Plus de 180 millions de personnes en Afrique sub-saharienne pourraient mourir à cause du changement climatique d'ici à la fin du siècle. L'impossibilité de prédire les modèles pluviométriques, la baisse des récoltes, l'augmentation des prix alimentaires et la diminution des ressources naturelles entraînent déjà une intensification des migrations humaines, des tensions et des conflits.

Cliquez ici pour découvrir des solutions pour contrer le changement climatique

La hausse des températures et la modification des modèles pluviométriques pourraient également créer de nouveaux habitats pour des organismes pathogènes comme les moustiques, et ouvrir de nouvelles régions à la contamination par la dengue, la fièvre jaune et la malaria.

Afrique du Sud - en position de leader

L'Afrique du Sud peut influencer la lutte contre le changement climatique en sa qualité de membre actif de l'Union africaine, un membre votant au G77 et l'un des quatre pays en développement appelés à devenir un moteur du Sud de la croissance économique mondiale 

Son puissant mélange de leadership international fort, de pensée progressiste et de politiques avant-gardistes se reflète dans son plaidoyer en faveur d'une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre et des mécanismes qui aident le pays, vulnérable, à s'adapter aux impacts du changement climatique.

Le charbon est le plus grand criminel climatique.

Malgré tout, l'Afrique du Sud est le 14ème émetteur de CO² dans le monde et ses émissions vont probablement augmenter en même temps que la demande énergétique. La plupart des émissions de carbone, soit environ 80 pour cent de ses besoins énergétiques primaires, proviennent du charbon. Le gouvernement prévoit de remettre en service d'anciennes centrales au charbon et d'en construire davantage ces dix prochaines années. De nouvelles centrales nucléaires devraient également encore augmenter le parc énergétique sud-africain.

Comme le montrent d'innombrables exemples dans le monde, l'énergie nucléaire n'est ni propre, ni bon marché, ni sûre. L'Afrique du Sud prévoit de construire différents réacteurs, y compris le Pebble Bed Modular Reactor, non testé, dont le coût est estimé à 14 milliards de rands (1,58 milliard de dollars américains). Le passage de l'énergie très polluante issue du charbon à la dangereuse énergie nucléaire n'est pas une solution viable.

Un potentiel énorme pour l'énergie renouvelable.

L'Afrique du Sud n'est pas seulement dépendante du charbon chez elle, mais elle exporte 60% de son charbon, contribuant ainsi à augmenter les émissions de carbone au-delà de ses frontières. Elle s'est fixé un objectif  pour la mise en place d'énergies renouvelables  - quatre pour cent de ses besoins totaux en électricité pour 2013 - et a annoncé des mesures politiques fortes pour l'efficacité de l'énergie et des transports, ainsi que pour la réduction des émissions de carbone. Malgré cela, le gouvernement n'a mis en place aucune mesure probante pour l'efficacité énergétique et ne produit pratiquement aucune énergie renouvelable.

L'Afrique du Sud dispose d'un potentiel immense pour le développement de l'énergie renouvelable, particulièrement celle du vent et du soleil. Greenpeace mène une campagne en faveur d'une révolution énergétique mondiale, une meilleure efficacité dans la production d'énergie et un usage plus efficace de l'énergie. Avec les technologies existantes, nous pourrions réduire de moitié les émissions de carbone pour 2050, tout en promouvant une énergie abordable, des emplois et une croissance économique.

Il n'y a pas de temps à perdre. Plutôt que de commettre toujours les mêmes coûteuses erreurs perturbatrices du climat perpetrées par les économies des pays développés, l'Afrique du Sud pourrait arrêter le développement sale et mener la révolution énergétique africaine.

Solutions

Il n'est pas trop tard pour arrêter le dangereux changement climatique. Greenpeace plaide pour:
  • Un pic des émissions globales en 2015 et une réduction progressive des émissions mondiales à zéro aussi vite que possible ;
  • Une réduction significative de notre dépendance aux combustibles fossiles, particulièrement le charbon, par l'adoption d'une révolution énergétique qui nous permettrait de passer d'un monde alimenté par l'énergie nucléaire et les combustibles fossiles à une planète fonctionnant sur base d'énergie renouvelable ;
  • Une déforestation zéro dans les forêts tropicales intactes du monde pour 2015 ;
  • Des objectifs gouvernementaux et un calendrier ambitieux pour l'efficacité énergétique des véhicules et équipements.

Les dernières mises à jour

 

Le Rainbow Warrior en Terre Africaine

Feature Story | août 11, 2012 à 14:44

On l’attendait depuis des mois, il est enfin arrivé. Dans sa croisade contre les pilleurs des océans, le Rainbow Warrior a jeté l’encre dans le port de Cape Town (Afrique du Sud). Objectif de cette expédition : exposer et documenter la surpêche...

Rapport annuel 2011

Publication | août 2, 2012 à 13:05

Des défis, des victoires et des réussites : 2011 a été une année incroyable et riche pour Greenpeace Afrique.

Herakles Farms : ou comment une entreprise agro-industrielle sème la colère en Afrique

Feature Story | juillet 18, 2012 à 15:07

L’huile de palme est l’huile comestible la moins chère du monde. On la retrouve aussi dans de nombreux produits cosmétiques et détergents, ainsi que dans les agrocarburants.

Détournement du moratoire sur l'allocation de nouvelle concessions d'exploitation...

Publication | juin 5, 2012 à 9:14

Greenpeace demande au gouvernement congolais d'annuler les permis artisanaux utilisés pour des opérations d'exploitation forestière industrielle. Cette pratique illégale contourne le moratoire sur les nouvelles concessions forestières industrielles.

Activités de la Journée de la Terre à Durban

Billet de blogue par Nasreen Vermeulen, bénévole de Greenpeace | mai 10, 2012

Le dimanche 22 Avril 2012 a marqué le 42e anniversaire de la Journée de la Terre. Il s'agit d'un événement historique où les gens s'unissent à travers le monde à prendre des mesures et appellent à un avenir durable. Plus d'un milliard...

Lettre ouverte au Gouvernement congolais: arrêtez l'exploration pétrolière dans le...

Feature Story | mai 9, 2012 à 8:53

Une compagnie pétrolière britannique, SOCO, et d'autres dont Total, cherchent à explorer les réserves de pétrole dans le Parc National de Virunga.

Le Sénégal annule 29 autorisations de pêche accordées aux navires étrangers

Feature Story | mai 4, 2012 à 11:57

Monsieur le Ministre,

La société civile proteste contre la certification des crevettes d'aquaculture...

Feature Story | avril 30, 2012 à 11:57

A l'occasion du "European Seafood", vendredi 27 avril à Bruxelles, une délégation d'Organisations de la société civile, - représentant plusieurs centaines de leurs collègues en Asie, Amérique latine, Afrique et Europe-, ont protesté contre la...

Non au pillage des Océans

Feature Story | avril 30, 2012 à 8:41

L'octroi d'autorisations illégales de pêche aux navires étrangers n'est pas du goût des élèves du Lycée bilingue sénégalo-américain de Dakar (SABS sigle en anglais). Ils ont marché dans les rues de Dakar, pour protester contre le pillage des mers...

21 - 30 de 96 résultats.