Agissez maintenant!

Changez le futur

Les leaders du monde ont quitté le sommet de Copenhague sans accord pour sauver le climat. Les Etats-Unis, l’Union européenne et l’Australie ont fait primer leurs intérêts nationaux à court terme sur le sort de notre planète. Ensemble, nos leaders doivent savoir que nous nous ne voulons rien de moins qu’un accord efficace.

Lire la suite 217 personnes ont déjà signé.
Prénom
Nom de famille
Email
S'il vous plaît utiliser une adresse email valide pour confirmer votre inscription.
Nous respectons votre la vie privée.

Arrêter le changement climatique

D'énormes quantités de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre sont libérées dans l'air par l'incinération des combustibles fossiles, comme le charbon, le pétrole, le gaz, mais aussi par la déforestation. Ce dioxyde de carbone altère la composition des gaz de l'atmosphère et contribue au changement climatique (également appelé réchauffement climatique).

Cause et effet

Bien que l'Afrique contribue fort peu au changement climatique, ce continent souffre également de ses effets. Les modèles pluviométriques imprévisibles entraînent des récoltes réduites, des hausses des prix alimentaires et une baisse des ressources. Tandis que les pays développés débattent sur ce que pourrait provoquer le changement climatique dans un futur proche, celui-ci menace déjà les populations les plus vulnérables de la planète. Bien que l'Afrique contribue fort peu au changement climatique, ce continent souffre également de ses effets.

Les impacts du changement climatique se font sentir sur toute la planète : le niveau de la mer monte, les tempêtes tropicales ravagent les côtes, des terres anciennement fertiles sont à présent inondées ou totalement desséchées et le permafrost fond dans les régions polaires. Bien que l'Afrique contribue relativement peu au réchauffement global, la région souffre également de ses effets.

Plus de 180 millions de personnes en Afrique sub-saharienne pourraient mourir à cause du changement climatique d'ici à la fin du siècle. L'impossibilité de prédire les modèles pluviométriques, la baisse des récoltes, l'augmentation des prix alimentaires et la diminution des ressources naturelles entraînent déjà une intensification des migrations humaines, des tensions et des conflits.

Cliquez ici pour découvrir des solutions pour contrer le changement climatique

La hausse des températures et la modification des modèles pluviométriques pourraient également créer de nouveaux habitats pour des organismes pathogènes comme les moustiques, et ouvrir de nouvelles régions à la contamination par la dengue, la fièvre jaune et la malaria.

Afrique du Sud - en position de leader

L'Afrique du Sud peut influencer la lutte contre le changement climatique en sa qualité de membre actif de l'Union africaine, un membre votant au G77 et l'un des quatre pays en développement appelés à devenir un moteur du Sud de la croissance économique mondiale 

Son puissant mélange de leadership international fort, de pensée progressiste et de politiques avant-gardistes se reflète dans son plaidoyer en faveur d'une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre et des mécanismes qui aident le pays, vulnérable, à s'adapter aux impacts du changement climatique.

Le charbon est le plus grand criminel climatique.

Malgré tout, l'Afrique du Sud est le 14ème émetteur de CO² dans le monde et ses émissions vont probablement augmenter en même temps que la demande énergétique. La plupart des émissions de carbone, soit environ 80 pour cent de ses besoins énergétiques primaires, proviennent du charbon. Le gouvernement prévoit de remettre en service d'anciennes centrales au charbon et d'en construire davantage ces dix prochaines années. De nouvelles centrales nucléaires devraient également encore augmenter le parc énergétique sud-africain.

Comme le montrent d'innombrables exemples dans le monde, l'énergie nucléaire n'est ni propre, ni bon marché, ni sûre. L'Afrique du Sud prévoit de construire différents réacteurs, y compris le Pebble Bed Modular Reactor, non testé, dont le coût est estimé à 14 milliards de rands (1,58 milliard de dollars américains). Le passage de l'énergie très polluante issue du charbon à la dangereuse énergie nucléaire n'est pas une solution viable.

Un potentiel énorme pour l'énergie renouvelable.

L'Afrique du Sud n'est pas seulement dépendante du charbon chez elle, mais elle exporte 60% de son charbon, contribuant ainsi à augmenter les émissions de carbone au-delà de ses frontières. Elle s'est fixé un objectif  pour la mise en place d'énergies renouvelables  - quatre pour cent de ses besoins totaux en électricité pour 2013 - et a annoncé des mesures politiques fortes pour l'efficacité de l'énergie et des transports, ainsi que pour la réduction des émissions de carbone. Malgré cela, le gouvernement n'a mis en place aucune mesure probante pour l'efficacité énergétique et ne produit pratiquement aucune énergie renouvelable.

L'Afrique du Sud dispose d'un potentiel immense pour le développement de l'énergie renouvelable, particulièrement celle du vent et du soleil. Greenpeace mène une campagne en faveur d'une révolution énergétique mondiale, une meilleure efficacité dans la production d'énergie et un usage plus efficace de l'énergie. Avec les technologies existantes, nous pourrions réduire de moitié les émissions de carbone pour 2050, tout en promouvant une énergie abordable, des emplois et une croissance économique.

Il n'y a pas de temps à perdre. Plutôt que de commettre toujours les mêmes coûteuses erreurs perturbatrices du climat perpetrées par les économies des pays développés, l'Afrique du Sud pourrait arrêter le développement sale et mener la révolution énergétique africaine.

Solutions

Il n'est pas trop tard pour arrêter le dangereux changement climatique. Greenpeace plaide pour:
  • Un pic des émissions globales en 2015 et une réduction progressive des émissions mondiales à zéro aussi vite que possible ;
  • Une réduction significative de notre dépendance aux combustibles fossiles, particulièrement le charbon, par l'adoption d'une révolution énergétique qui nous permettrait de passer d'un monde alimenté par l'énergie nucléaire et les combustibles fossiles à une planète fonctionnant sur base d'énergie renouvelable ;
  • Une déforestation zéro dans les forêts tropicales intactes du monde pour 2015 ;
  • Des objectifs gouvernementaux et un calendrier ambitieux pour l'efficacité énergétique des véhicules et équipements.

Les dernières mises à jour

 

Il Faut Sauver le Pêcheur Sénégalais

Vidéo | mars 7, 2012 à 9:27

Dans un pays comme le Sénégal où la pêche emploie plus de 600 000 personnes et assure, jusqu’à hauteur de 50%, les besoins en protéines animales des populations, les conséquences de la surpêche par les bateaux étrangers sont énormes et...