Protéger les forêts du Bassin du Congo

A l'échelle mondiale, une surface forestière de la taille d'un terrain de football est détruite toutes les deux secondes. Cette déforestation détruit le cadre de vie de centaines de millions de personnes et met en danger des milliers d’espèces végétales et animales. Elle est aussi responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En Afrique, la course à l’exploitation des forêts donne lieu à des fraudes et irrégularités qui profitent d’un système fragile de réglementations et de gouvernance.

La forêt tropicale du Bassin du Congo

Un réservoir unique de biodiversité

Les forêts du bassin du Congo constituent la deuxième plus vaste forêt tropicale de la planète après l'Amazonie. 

Elle joue également un rôle vital dans le contrôle du changement climatique. En République démocratique du Congo (RDC),  la forêt couvre 60% du territoire et stocke plus de 8 pour cent du carbone mondial, ce qui en fait le quatrième plus grand réservoir de carbone forestier du monde. 

La forêt du bassin du Congo couvre plus de 2 millions de km2.

Gorille bassin du Congo

Elle possède une exceptionnelle valeur écologique. 415 espèces de mammifères, 11 000 espèces de plantes, 1 117 d'oiseaux et près de 1 000 de poissons d'eau ont été recensés pour la seule République Démocratique du Congo (RDC). Eléphants de forêt, gorilles, bonobos et okapis sont parmi les espèces les plus emblématiques de cette extraordinaire biodiversité.

Dans ces régions, des cultures entières sont basées sur leur relation avec la forêt. Des dizaines de millions de personnes en dépendent pour leur alimentation, leurs plantes médicinales ou leur approvisionnement en énergie.

Un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique

La déforestation est une des causes majeures des changements climatiques. Pour deux raisons. D'une part, parce que moins de forêts, c'est moins de CO2 absorbé et piégé par ces écosystèmes, donc plus de CO2 dans l'atmosphère. D'autre part, parce qu'en coupant des arbres, l'industrie forestière libère le CO2 emmagasiné par ces arbres. Au final, jusqu’à 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dues à la déforestation. C'est plus que l'ensemble du secteur des transports !

La valeur potentielle de ces forêts pour le stockage du carbone est supérieure aux revenus générés par l'exploitation industrielle. Le remplacement de l'exploitation industrielle par un système de protection forestière avec un financement international serait non seulement profitable aux populations locales, par la protection de leurs moyens de subsistance et de la biodiversité, mais il contribuerait également à sauver le climat.

Greenpeace mène une campagne active en RDC et au Cameroun pour la préservation de ce patrimoine mondial unique, qui est aujourd’hui menacé par la déforestation.

Cliquez ici pour les solutions contre la déforestation

Greenpeace Afrique a mené des enquêtes pour dénoncer les crimes environnementaux et  les manquements graves au respect des lois existantes, en mettant à jour les acteurs peu scrupuleux. Nous plaidons aussi pour la mise en place de réglementations respectées et contraignantes dans les pays producteurs.

Nous avons démasqué les pratiques douteuses d’Heraklès Farm au Cameroun (voir notre rapport Permis de piller) pour écouler le bois prélevé en grande partie de façon illégale sur sa concession.

Greenpeace a également exposé dans son récent rapport, Exporter le chaos les voies par lesquelles des sociétés peu scrupuleuses comme Cotrefor profitent de la fragilité des mécanismes de contrôles. 

Solutions

Il n'est pas trop tard pour protéger les grandes forêts tropicales humides, mais il faut réagir tout de suite.

Greenpeace plaide pour:
  • Une déforestation zéro dans les forêts tropicales intactes du monde pour 2020;
  • L'adoption de "Forests for Climate", un mécanisme de financement international qui rend la sauvegarde des forêts intactes plus économique que leur destruction massive;
  • Des mesures strictes pour mettre un terme au commerce international du bois illégal;
  • Que le gouvernement de RDC développe un plan national intégré d'utilisation des sols, avec l'implication des communautés locales dans l'identification des zones forestières protégées.

Les dernières mises à jour

 

Huile de palme : le projet d’Herakles Farms est toujours une menace au Cameroun

Billet de blogue par Amy Moas et Eric Ini | novembre 18, 2015

Lorsque Greenpeace Afrique et ses partenaires vous ont parlé pour la première fois d’ Herakles Farms et de ses projets d’huile de palme au Cameroun , la compagnie américaine avait des projets ambitieux et destructeurs. Connue alors...

Comment la culture du cacao peut protéger les forêts

Billet de blogue par Maryline Mangenot | novembre 9, 2015

Le chocolat, hum... Qui ne l'aime pas ??  Le chocolat est produit à partir des plants de cacao. La demande mondiale est croissante, et sa culture pourrait nuire aux surfaces de forêts primaires. A Konyé, au Cameroun, les...

L’aide au développement ne produit pas assez de résultats à l’échelle locale

Billet de blogue par Irène Wabiwa Betoko | octobre 26, 2015

De nombreux projets « clés » ont fait ces derniers temps les gros titres des journaux. Signés par les bailleurs de fonds et les payas producteurs de grumes du Bassin du Congo, ces projets doivent mettre en œuvre des « réformes...

Où va l'argent ? L'aide bilatérale allemande au secteur forestier en question

Publication | octobre 21, 2015 à 15:38

Une meilleure orientation des financements de la coopération bilatérale allemande est nécessaire afin que les communautés dans les pays forestiers pauvres en bénéficient pleinement, selon notre rapport.

Initiative Forêts en Afrique centrale : un pas important malgré les obstacles

Billet de blogue par Irène Wabiwa Betoko | octobre 5, 2015

Les forêts du Bassin du Congo constituent une ressource vitale pour des millions des personnes. Elles jouent un rôle important pour les économies nationales ainsi qu’un rôle crucial dans la lutte contre le réchauffement climatique ;...

11 - 15 de 124 résultats.

Thèmes