Les voitures sont partout. Elles provoquent des embouteillages sur nos routes et sillonnent nos villes et communes, matins et soirs. Entre le bruit et la pollution, nos quartiers deviennent invivables et l’air que nous respirons nous rend malade.

Regardez autour de vous un jour de semaine et le constat est accablant : les voitures sont omniprésentes. Que ce soit pour se rendre au travail, pour accompagner ses enfants à l’école ou pour faire ses courses, la voiture est là, confortable, facile à utiliser mais avançant au pas aux heures de pointe et polluant l’air que nous respirons avec ses gaz d’échappement.

Adieu diesel

Les voitures les plus polluantes sont celles roulant au diesel, responsables des plus grandes émissions de dioxyde d’azote (NO2). Les conséquences de ces émissions élevées sont importantes. Le gaz irrite les voies respiratoires et les yeux et provoque des maladies cardiovasculaires à long terme. Le dioxyde d’azote est surtout très dangereux pour les enfants, plus sensibles. Sans oublier que le gaz contribue à la formation d’ozone et de particules fines qui à leur tour polluent l’air. C’est pourquoi nous devons nous débarrasser aussi vite que possibles des voitures diesel, à commencer dans les villes.

Mais pas question de les remplacer par des voitures à essence ! Leurs émissions contribuent elles aussi à la pollution de l’air. Persévérer dans l’usage de moteurs à combustion ne rendra pas l’air que nos enfants respirent plus propre. L’arrêt du diesel est une première étape vers la fin définitive de la voiture classique avec moteur à combustion.

Place à une mobilité durable

Pour atteindre les objectifs climatiques de Paris, et en même temps purifier l’air que nous respirons, nous devons dire adieu aux voitures à essence et au diesel. Et nous devons nous diriger vers un avenir où nous nous déplaçons à l’aide de notre propre force motrice (vélo, marche), en groupe (transports en commun, covoiturage) ou, si nécessaire, en optant pour une petite voiture électrique alimentée à l’énergie renouvelable. Place à la solution donc.

Notre campagne

Greenpeace Belgique a fait l’acquisition d’un appareil de mesurer de la qualité de l’air et l’a utilisé dans tout le pays. Les données collectées sont très fiables, car nous avons fait étalonner officiellement l’appareil par rapport à d’un point de mesure officiel. Dans la plupart des cas, les données recueillies ne font pas plaisir à voir. Nous avons publié nos conclusions parce que nous voulons que tout le monde soit au courant de la crise sanitaire causée par la pollution atmosphérique. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’impact du dioxyde d’azote (provenant principalement des moteurs diesel) sur notre santé, vous pouvez lire le rapport sur la santé en cliquant ICI.

L’AQ Mesh dans la voiture :

Tests Qualité de l'air en voiture avec l'AQ Mesh sur un siège enfant.pdf

L’AQ Mesh dans la ville :

Mesures NO2 dans les villes Belges.pdf

L’AQ Mesh au dimanche sans voiture :

 NO2 Bélliard.pdf

Nous nous sommes également penchés sur les mesures officielles de la qualité de l'air dans notre pays. Nous en avons tiré la conclusion que le gouvernement n’en fait pas suffisamment pour se faire une image représentative de l’impact de la pollution atmosphérique. Trop de stations de mesure sont positionnées de manière à donner une image beaucoup trop optimiste. Nous voulons des mesures qui reflètent la réalité dans les endroits où il y a beaucoup de circulation et où les gens vivent et travaillent. C’est pourquoi nous préparons une action en justice et avons envoyé un courrier de mise en demeure aux ministres responsables dans lequel nous leur rappelons leurs responsabilités.

En réalisant une enquête à grande échelle dans les écoles, nous avons étoffé nos données sur la pollution atmosphérique dans notre pays. Plus de 250 écoles dans tout le pays ont collaboré et placé les tubes spéciaux que nous leur avions fournis. Une fois les résultats connus, nous espérons convaincre les autorités locales qu’il est temps d’agir. La qualité de l’air peut déjà s’améliorer considérablement en restreignant la circulation automobile aux abords des écoles.

Les constructeurs automobiles continuent de nier leur responsabilité. Quiconque a cru que le Dieselgate entraînerait des changements radicaux s’est trompé. La proportion de moteurs diesel baisse, mais pas suffisamment vite. En outre, le moteur diesel propre n’existe pas : dans certains cas, les nouveaux moteurs émettent encore plus de dioxyde d’azote que les anciens.

Il est clair que nous ne pouvons pas continuer de la sorte. Heureusement, des alternatives existent. Il suffit de les renforcer. Par exemple, en remplaçant les politiques d'économies par des politiques d'investissement dans les transports publics et dans des infrastructures sûres pour piétons et cyclistes, plutôt qu'en imposant des véhicules commerciaux polluants. Dès lors, nous pourrons beaucoup plus facilement remettre notre propre mobilité en question : marcher ou rouler à vélo sur les courtes distances, opter pour les transports publics et les véhicules électriques (partagés), etc. Vous pouvez en savoir plus sur notre vision de l’avenir en cliquant ICI.

Un an avant les élections municipales d’octobre 2018, les groupes locaux de Greenpeace ont déjà commencé à faire pression sur les politiciens de leur propre ville. À l’aide d’actions et de lobbying politique, ils exigent une mobilité durable et un air plus sain. Voulez-vous les rejoindre ? Joignez-vous à un groupe local et participez à la Campagne Clean Air.

Signer notre petition pour les ministres sur CleanAirNow.be!

En savoir plus

Lisez nos rapports:

City Ranking Report

Mon Air, Ma Rue

La pollution de l'air

Le droit de respirer - Repenser la mobilité urbaine

Respirer est dangereux - Les effets du NO2 sur la santé humaine

Que pouvez-vous faire ?

transport

Respirons à nouveau un air propre

Les nombreuses voitures dans nos rues polluent l’air que nous respirons. Agissons, rejoignez le mouvement.

Je rejoins le mouvement

Les dernières mises à jour

 

LE DROIT DE RESPIRER - Repenser la mobilité urbaine

Publication | 19 novembre, 2018 à 13:23

2028: Fin de parcours pour les moteurs à combustion

Publication | 19 novembre, 2018 à 13:07

Leaving, moving, breathing

Publication | 19 novembre, 2018 à 12:17

Mon air, mon école

Publication | 19 novembre, 2018 à 12:09

Un cœur de ville sain : 10 mesures pour une mobilité saine dans les centres-villes belges

Publication | 7 septembre, 2017 à 16:43

Une ville saine doit avoir un noyau sain : un centre-ville où la qualité de la vie est bonne, où les gens et leurs multiples besoins figurent au centre de l’attention.

Un nouveau concept de mobilité urbaine

Publication | 7 septembre, 2017 à 10:35

Une nouvelle forme de mobilité nécessite des concepts globaux. C’est pourquoi Greenpeace a fait appel à Gehl Urban Quality Consultants pour mettre sur pied une stratégie globale. Notre but était est d’améliorer la mobilité et la qualité de la vie...

1 - 10 de 172 résultats.