Greenpeace veut savoir « quelle taille a la vôtre ? »

Spectaculaire action de Greenpeace près de la centrale nucléaire de Doel

Communiqué de presse - 24 mars, 2015
Plusieurs activistes de Greenpeace sont installés sur un pylône électrique près de la centrale nucléaire de Doel. Situé dans l’Escaut, ce pylône haut de 170 mètres relaie l’électricité produite par la centrale vers le port d’Anvers. Les activistes de l’organisation environnementale y ont placé une tente afin d’occuper les lieux le plus longtemps possible et déployé le slogan « Quelle taille a la vôtre ? », en référence aux 13.000 fissures d’une taille maximale de 18 cm de Doel 3.

Greenpeace veut ainsi impliquer le citoyen belge en lui donnant la chance de manifester son inquiétude quant aux décisions de notre gouvernement en termes de politique énergétique. Toute personne qui le souhaite peut prendre une photo d’une fissure de son choix et la partager. Toutes ces images de fissures seront ensuite collectées et comptabilisées sur www.hoegrootisuwscheur.be.

C’est un fait indéniable : nos réacteurs sont dépassés et défectueux. Nos dirigeants politiques préfèrent pourtant s’accrocher au nucléaire – quitte à faire courir des risques inconsidérés aux citoyens –, bloquant ainsi la transition vers un avenir énergétique propre et durable, basé sur les énergies renouvelables. La centrale nucléaire de Doel, située dans l’une des zones les plus densément peuplées d’Europe (9 millions d’habitants dans un rayon de 75 km) est à elle seule un cas alarmant : les réacteurs Doel 1 et Doel 2 ont largement dépassé leur durée de vie, Doel 3 contient plus de 13.000 fissures et, enfin, Doel 4 a été relancé après avoir fait l’objet d’un sabotage toujours inexpliqué !

« Redémarrer un réacteur aussi dangereux que Doel 3 et prolonger des réacteurs aussi usés que ceux de Doel 1 et Doel 2 seraient de la pure folie. L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire doit prendre ses responsabilités et garantir la protection et le bien-être des citoyens. La relation privilégiée qu’entretient l’AFCN avec Electrabel [1] et le cabinet de la Ministre Marghem doit cesser, c’est l’intérêt du citoyen qui prime, pas celui du secteur nucléaire », commente Juliette Boulet, chargée de mission énergie pour Greenpeace Belgique.

L’action de Greenpeace intervient un jour après les premières plaidoiries, au Palais de Justice de Bruxelles, d’un dossier opposant l’organisation environnementale à l’Etat belge [2] et le jour même des premières auditions organisées à la Chambre sur la proposition de loi de la Ministre Marghem pour prolonger l’activité des réacteurs nucléaires de Doel 1 et Doel 2 [3].

Interview :

Juliette Boulet (chargée de mission énergie) +32 474 76 34 97

Interview activistes et autres demandes presse : 

Nicolas Maréchal (attaché de presse) +32 474 77 94 17

Photos et vidéo :

ftp://greenpeace.rack66.com/
Login: press
Mot de passe: press4gpb

 

Notes :

-          [1] Voir « Dans quelle mesure l'AFCN est-elle indépendante ? ».

-          [2] Le 9 décembre 2014, l’organisation environnementale avait assigné l’Etat belge en justice pour non-respect de ses obligations dans le cadre des conventions d’Espoo et d’Aarhus. Plus d’info ici.

-          [3] Eloi Glorieux (chargé de campagne énergie pour Greenpeace Belgique) s’exprimera lors des auditions du mercredi.