Retour à l'école pas comme les autres pour les enfants de Fukushima

Communiqué de presse - 29 août, 2011
Après une nouvelle mission sur le terrain, Greenpeace invite le Japon à différer la ré-ouverture des écoles dans la localité de Fukushima. Une décontamination plus complète doit y être effectuée. Des doses de radioactivité supérieures aux normes de sécurité internationale y ont été détectées par Greenpeace (1).

Les mesures ont été effectuées ces 17,18 et 19 août dans des établissements scolaires fréquentés par des adolescents et des enfants ainsi que dans différents bâtiments publics de l'entité de Fukushima. Ces mesures ont permis de démontrer que les opérations de décontamination réalisées par les autorités n'ont pas été suffisantes pour garantir la sécurité des enfants.

Des doses allant jusqu'à 1.5 microSieverts/h ont été observées dans un des bâtiments scolaires décontaminés par les autorités et d'autres allant jusqu'à 2 microSieverts /h ont été détectées au centre ville.

“Aucun parent ne devrait se trouver devant le choix cornélien d'éviter à ses enfants d'être exposés à la radioactivité ou de leur assurer un accès aux études. Des ressources doivent être mobilisées pour une décontamination correcte des bâtiments scolaires. Dans le même ordre d'idées, un contrôle scientifique doit être mis sur pied pour éviter à la population tout risque lié à la radioactivité, commente Kazue Suzuki de Greenpeace.”

Les tests réalisés par Greenpeace ont permis de mettre en évidence que dans certains cas, des lieux publics pris en charge par la communauté ont été mieux décontaminés que d'autres pris en charge par les autorités. La dose moyenne de l'échantillonnage y reste supérieure à la dose maximale autorisée de 1 milliSievert/a. Ce qui n'est pas le cas dans des lieux décontaminés par la population locale.

“Nous avons par exemple trouvé une diminution significative de la radiation dans un jardin d'enfants à Fukushima City, explique l'expert belge Jan Vande Putte, intégré à l'équipe de Greenpeace International. Cela veut dire qu'en utilisant les ressources à bon escient, il est possible de limiter le taux d'exposition des enfants. Le Japon doit tirer parti de l'expérience douloureuse de Tchernobyl et ramener les radiations autant que faire se peut sous les 1milliSievert/a. Il faut tout mettre en oeuvre pour que les enfants de Fukushima paient un tribut moindre que ceux de Tchernobyl à cette énergie qui a montré une fois de plus ses limites..”

Le nouveau leader japonais ne doit pas se contenter de limiter le plus efficacement possible les dégâts. Il doit engager son pays radicalement sur la voie des énergies renouvelables et s'atteler au phase out immédiat de l'énergie nucléaire au Japon.

 

Plus d'infos sur le travail de Greenpeace au Japon :

http://t.co/csFsCvF
http://www.greenpeace.org/fukushima-data

Rapport de mission :

http://www.greenpeace.org/japan/Global/japan/pdf/20110829_data.pdf

Google map des lieux de mesure : http://g.co/maps/8b79

Notes aux rédactions :


1) Normes internationales :
http://1.usa.gov/pqnEZ0