Saucisson Samson & Co. : sûrement pas tous les jours !

Analyse nutritionnelle de 6 produits de viande préemballés illustrés avec des personnages pour enfants

Communiqué de presse - 2 mai, 2018
Greenpeace a fait réaliser une analyse approfondie de 6 charcuteries illustrées de petits personnages bien connus comme Maya ou Samson. La charcuterie illustrée de personnages pour enfants semble aussi mauvaise pour la santé que les autres types de charcuterie vendus en supermarché. Il vaut mieux ne pas en manger plus d’une fois par semaine, d’après les diététiciennes pédiatriques. Une des entreprises visées par notre campagne a déjà décidé de se distancer de ces produits.

Nous avons fait analyser le saucisson de jambon Samson, le filet de poulet K3, le saucisson de volaille Maya, le saucisson de volaille Plop, le jambon supérieur Schtroumpfs et les saucisses Knack Schtroumpfs par un laboratoire indépendant, puis par deux diététiciennes pédiatriques (les échantillons étaient présentés de manière anonyme).

Cliquez ici pour consulter le rapport complet.

Une bonne surprise : après avoir pris connaissance de ce rapport, la société IMPS, propriétaire des droits d’exploitation des Schtroumpfs, nous a annoncé qu’elle cessait sa collaboration avec Aubel-Detry. Ces produits Schtroumpfs ne devraient plus se trouver longtemps en magasin, selon IMPS. (1)

« La charcuterie se situe à l’extérieur du triangle alimentaire, dans la zone rouge, avec les produits gras et sucrés. En cas de surconsommation, elle peut nuire à la santé, explique Sébastien Snoeck, spécialiste de la viande et de l’élevage chez Greenpeace Belgique. C’est d’autant plus vrai pour les enfants, dont le métabolisme est différent. Par exemple, leur dose maximale journalière recommandée en sel est significativement plus faible que celle des adultes. »

Selon Gisèle Gual et Melissa Moretti, les diététiciennes qui ont pris part à l’étude, « les enfants peuvent manger de la charcuterie à condition que le reste de leur alimentation soit équilibrée et variée. Cependant, il ne leur est pas conseillé d’en consommer plus d’une fois par semaine, et donc certainement pas tous les jours. »

Est-il souhaitable, en 2018, de promouvoir la charcuterie avec des personnages pour enfants ? Greenpeace demande aux entreprises à l’origine de ce marketing d’utiliser leurs personnages pour promouvoir de saines tartinades de légumes au lieu de ces produits de viande malsains. Nous nous félicitons de la décision d’IMPS, bien qu’il soit dommage que cette entreprise ne passe pas à une alternative végétarienne.

Greenpeace milite pour une moindre consommation de viande. Notre alimentation influence non seulement notre santé, mais aussi le climat, l’eau et les forêts. Les récents scandales relatifs au bien-être animal et à la sécurité alimentaire dans la production industrielle de viande montrent qu’il est grand temps de changer les choses. (2)

 

Notes de pied de page :

(1) Voir l’addendum du rapport, p. 16

(2) À lire aussi : notre communiqué de presse « Production et consommation de viande en Belgique »