Zone de bois illégal chez la Ministre Marghem !

Communiqué de presse - 27 avril, 2015
Plusieurs activistes de Greenpeace mènent en ce moment une action rue de la Loi, au pied du cabinet de la Ministre fédérale de l’Énergie, de l'Environnement et du Développement durable Marie-Christine Marghem. Ils y dénoncent le laxisme belge en matière de lutte contre le commerce de bois illégal en Europe et exigent que la ministre assure une application effective du Règlement Bois de l’Union européenne (RBUE).

Une « zone de bois illégal » a été décrétée ce matin au 51 rue de la Loi, où les activistes de Greenpeace ont posé une terrasse en bois amazonien suspect. Des panneaux de signalisation ont été installés pour avertir les automobilistes dans un rayon de 150 mètres tandis que d’autres affichent le slogan « Ceci n’est pas du bois illégal », en référence au célèbre tableau de René Magritte « La Trahison des images ».

Photos à venir bientôt sur ftp://greenpeace.rack66.com/ 
Login : press, mot de passe : press4gpb)

Par cette action, Greenpeace vise à dénoncer la piètre application du Règlement Bois de l’Union européenne en Belgique. Entré en vigueur le 3 mars 2013, il oblige pourtant les importateurs à exercer un système de « diligence raisonnée » et à prendre les mesures nécessaires pour éviter tout risque de placer du bois illégal sur le marché. Les états membres, eux, doivent procéder aux contrôles d’usage et imposer des sanctions en cas d’infraction. Seules trois entreprises belges ont cependant été contrôlées au cours des deux dernières années.

Preuve surréaliste de ce laxisme belge : le bois utilisé par l’organisation environnementale pour construire la terrasse rue de la Loi provient de la scierie brésilienne Rainbow Trading, qui est impliquée dans le commerce illégal de bois amazonien.  Une enquête inédite de Greenpeace (voir aussi notre carte interactive) l’avait démontré en août et septembre 2014, à l’aide de balises GPS. Plusieurs cargaisons de bois de cette scierie étaient malgré tout arrivées au port d’Anvers entre octobre et décembre  derniers. Au moins une partie avait été bloquée par le SPF Environnement puis relâchée et mise sur le marché malgré son origine douteuse. Greenpeace a toutefois retrouvé du bois de Rainbow Trading récemment importé.

«La Ministre Marghem autorise en toute impunité les entreprises belges à mettre sur le marché du bois d’une scierie qui baigne dans l’illégalité. Vu que pour elle, ‘ceci n’est pas du bois illégal’, nous avons fait son boulot en retirant le bois du marché pour lui en faire cadeau sous forme de terrasse et ainsi lui rappeler ses responsabilités », explique An Lambrechts, chargée de campagne forêts pour Greenpeace. « Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Bois de l’Union européenne, nous avons plusieurs fois informé le SPF Environnement [1] mais aucune mesure forte ou sanction n’a suivi. Le cas de Rainbow Trading n’est que la partie visible de l’iceberg et la Belgique reste une plaque tournante du bois illégal. »

La Ministre Marghem a déjà admis que l’application du RBUE par notre pays pourrait être plus efficace. Pour Greenpeace, elle ne peut plus rester inactive et doit développer un plan d’action garantissant une application stricte de la loi européenne sur le bois. « Il n’y a que de cette façon que notre pays contribuera efficacement à la lutte contre le commerce de bois illégal », conclut An Lambrechts.

Contact :
An Lambrechts (responsable de campagne forêts pour Greenpeace Belgique) +32 496 26 31 93
Nicolas Maréchal (attaché de presse) : +32 474 77 94 17

Photos de l’action (Greenpeace/Philip Reynaers) :
ftp://greenpeace.rack66.com/

Login : press
Mot de passe : press4gpb

Plus d’info :


[1] Commerce de bois illégal : la Belgique est laxiste ! (briefing media)

[2] Consultez notre carte interactive retraçant le chemin du bois suspect, du Brésil jusqu’en Belgique

 Suivez notre action sur Twitter avec le hashtag #EUTR

 

Thèmes
Tags