Anguilles contaminées partout en Europe avec des substances chimiques dangereuses

Communiqué de presse - 3 novembre, 2005
Un nouveau rapport de Greenpeace (1) établit la contamination, par des substances chimiques créées par l'homme, des anguilles, une espèce dont la disparition rapide s'observe un peu partout dans les lacs et rivières européennes. Intitulé 'Swimming in Chemicals', le rapport est publié deux semaines avant le vote, par le Parlement européen et les gouvernements des Etats membres, d'une législation (REACH) visant à mieux contrôler la chimie (2). Il reste évidemment à craindre que ces mandataires ne décident de céder à l'intense effort de lobbying déployé par l'industrie pour affaiblir cette proposition de loi européenne apte à préserver nos vies et notre environnement.

En Belgique, les anguilles ont été pêchées dans une région semi-rurale: l'ancien canal Charleroi-Bruxelles à hauteur de Arquennes (près de Nivelles).

L'étude des anguilles européennes (Anguilla anguilla) est basée sur desspécimens provenant de 20 rivières et lacs situés dans 10 pays del'Union européenne, dont la Belgique (3). Elle révèle une contaminationparticulièrement étendue de retardateurs de flamme au brome (BFR), ungroupe de substances chimiques utilisées dans les textiles, lesplastiques et les appareils électroniques. La dangerosité de cessubstances pose de plus en plus question. Beaucoup des substancesdétectées dans les anguilles sont toujours utilisées en Europe alorsque d'autres ont été interdites dans les années 1970.

« Le fait que des substances chimiques dangereuses s'infiltrent dansl'environnement n'empêche pas l'industrie de déployer des efforts delobbying intenses pour échapper à la perspective d'une législationcontraignante, commente Fawaz Al Bitar de Greenpeace Belgique. Il esttemps pour le Parlement européen et les gouvernements nationaux derendre l'industrie responsable des substances chimiques qu'elle déversedans l'environnement et de protéger l'eau, la faune, la flore et lesêtres humains de ces substances chimiques dangereuses.»

Le rapport permet d'établir que l'ensemble des anguilles pêchées enEurope est contaminé par au moins un retardateur de flamme bromé. Cequi indique la dispersion à grande échelle de ce groupe de substanceschimiques dans les eaux européennes. Les concentrations les plusélevées de retardateurs de flamme au brome ont été trouvées dans lesanguilles provenant de la Tamise au Royaume-Uni. La plus hauteconcentration en PCB a été observée aux Pays-Bas (Hollandsdiep). C'esten Irlande que les concentrations les plus faibles ont été détectées.

En Belgique, les anguilles ont été pêchées dans une région semi-rurale:l'ancien canal Charleroi-Bruxelles à hauteur de Arquennes (près deNivelles). Trois types de retardateurs de flamme bromés ainsi quedifférentes formes de PCB y ont été détectés à des concentrationscomparables à la moyenne des concentrations décelées en Europe. Lesretardateurs de flamme bromés trouvés dans les anguilles avaient été,par ailleurs, récemment détectés dans les poussières d'habitationsbelges ainsi que dans le sang des ministres belges de l'Environnement(4).

Les preuves s'accumulent quant aux effets négatifs des retardateurs deflamme au brome pour l'homme et les espèces sauvages. Deux dessubstances appartenant aux groupes de retardateurs de flamme étudiés etretrouvées dans certaines anguilles sont susceptibles de provoquer deseffets neurologiques permanents et d'influencer négativement le systèmehormonal. De plus, les retardateurs de flamme bromés sont, dansl'ensemble, des substances persistantes (ndlr : ne se dégradent pasfacilement) et bioaccumulables (ndlr : s'accumulent dans les tissusadipeux).

Greenpeace invite les gouvernements de l'Union européenne et leParlement européen à voter une législation imposant à l'industried'identifier et de substituer les substances chimiques problématiques.Le 17 novembre prochain le Parlement européen sera appelé à voter laproposition de loi REACH. Il est de la responsabilité de ses membres devoter en faveur d'un REACH incluant le principe de substitution,prévoyant de remplacer les substances chimiques dangereuses par desalternatives moins nocives et prévoyant la mise à disposition dedonnées permettant d'identifier les substances les plus dangereuses etleurs substituts. (5)

Notes:

[1] "Swimming in Chemicals: Widespread presence of brominated flame retardants and PCBs in eels (Anguilla anguilla) from rivers and lakes in 10 European countries. Rapport disponible via le lien suivant : http://www.greenpeace.org/international/press/reports/pollutionPCBBFReels]Un résumé exécutif intitulé 'Anguilles sous REACH' est disponible en français sur http://www.greenpeace.be

[2] REACH pour enRegistrement, Evaluation, Autorisation des substances Chimiques

[3] Allemagne, Belgique, Espagne, France, Irlande, Italie, Royaume-Uni, république Tchèque, Pays-Bas, Pologne. Les anguilles ont été confiées à Greenpeace par des pêcheurs, des membres de la communauté scientifique ou elles ont encore été achetées sur les marchés locaux.

[4] Rapports disponibles sur le site http://reachfr.greenpeace.be

[5] Deux étapes cruciales sont prochainement attendues dans le processus législatif en cours: le 17 novembre, vote du Parlement européen et le 29 novembre, adoption d'un accord sur la législation par le Conseil de l'Union européenne. L'industrie chimique bénéficie du soutien actif du Commissaire à l'industrie Verheugen et s'efforce d'obtenir des exemptions qui permettraient de continuer à produire et à commercialiser des substances chimiques sans fournir des données de base quant à leur sécurité et impact sur la santé. Si ces mesures étaient adoptées, cela mettrait à mal la capacité de REACH de protéger efficacement l'environnement et la santé.

Informations complémentaires, rapports et études démontrant la présence de substances chimiques dangereuses dans les habitations, l'eau de pluie, les biens de consommation comme les parfums ou encore le sang et les cordons ombilicaux sont disponibles sur le site: http://reachfr.greenpeace.be