Change l’ampoule, pas le climat!

Greenpeace incite la Belgique à bannir les ampoules à incandescence

Communiqué de presse - 12 septembre, 2007
Des volontaires de Greenpeace se sont glissés ce matin dans les rayons du Delhaize à Ixelles. Ils ont collé des étiquettes portant la mention ‘Nuit gravement au climat'' sur les ampoules classiques et les ont retirées des rayons. D’autres volontaires ont approché les consommateurs pour les sensibiliser à la nécessité de faire évoluer le marché de l’éclairage vers plus d’efficacité énergétique. Cette évolution constitue une étape indispensable dans la lutte contre les changements climatiques. L’objectif de la campagne lancée aujourd’hui par Greenpeace est d’amener la grande distribution à remplacer les ampoules énergivores par des ampoules économiques et préserver ainsi le climat.

Pourlutter efficacement contre les changements climatiques, il estnécessaire de réduire de moitié les émissionsplanétaires de gaz à effet de serre et ce, d'ici 2050."Sanséconomies d'énergie, cet objectif ne pourra pas êtreatteint,précise Karen Janssens, de la campagne 'Climat' de Greenpeace.Pourne pas polluer, rien de tel que ne pas jeter l'énergie par lesfenêtres. En plus, c'est moins cher! Pour lutter contre leschangements climatiques, il faut commencer par n'utiliser que desproduits efficaces sur le plan de l'énergie."

Lesampoules 'classiques' (ampoules à incandescence) sont toutsauf économes. 95% de l'électricité consomméeest transformée en chaleur, seuls les 5% restants sonttransformés en lumière. En Belgique, c'est dans lesecteur des ménages que l'on trouve l'éclairage lemoins performant. Par ailleurs, l'éclairage représente16% de la consommation d'électricité des ménages."Enremplaçant les ampoules classiques par des ampouleséconomiques, on pourra certainement réduire de moitiéla part de la consommation des ménages imputable àl'éclairage. Tout le monde y gagne. Le portefeuille desconsommateurs mais aussi le climat. On pourrait par exemple, poursuitKaren Janssens,envisager la fermeture d'une centrale au charbon. En abandonnant lesampoules classiques, on pourrait réaliser un dixième denotre objectif de Kyoto." (2)

Lesecteur de la grande distribution

L'interdictiondes ampoules à incandescence est envisageable via unedirective européenne existante. Mais il faudra attendre aumoins 2009 pour en voir l'application. Un délai inacceptablesi l'on considère l'urgence de la lutte contre les changementsclimatiques. "Lesecteur de la grande distribution peut véritablement jouer unrôle pilote en matière d'efficacité énergétique.En Grande-Bretagne, l'enseigne Currys n'a pas attendu l'entréeen vigueur de la législation pour retirer les ampoules àincandescence de son assortiment. Nous avons pris la températureauprès de Carrefour, Colruyt, Delhaize, Brico, Gamma et Hubo.Sont-ils prêts à retirer les ampoules classiques deleurs rayons dans le courant de cette année? Ils ne nient pasl'importance de l'enjeu climatique mais ne semblent pas prêts àbannir les ampoules nuisant à l'environnement." (3)

Lesdécideurs politiques

L'Australieet le Canada ont imposé une législation bannissant lesampoules classiques. Les autorités belges pourraient suivrecet exemple. Les décideurs politiques qui participent auxnégociations gouvernementales ne refusent pas le principed'une interdiction mais ont tendance à se retrancher derrièrela bannière européenne. Le prochain accordgouvernemental pourrait au contraire permettre l'interdiction desampoules classiques.

Ceserait là un point d'action concret pour une politiqueclimatique efficace. En période pré-électorale,l'ensemble des partis démocratiques n'avait pas manquéde fanfaronner autour de la problématique climatique...

Lesconsommateurs

Sile secteur de la grande distribution comme les décideurspolitiques ont un rôle clé à jouer, leconsommateur peut lui aussi faire la différence. Il lui suffitpour cela de remplacer ses ampoules classiques par des ampouleséconomiques. Plus chères à l'achat, les ampouleséconomiques sont vite rentabilisées parce qu'ellesconsomment jusqu'à 5 fois moins et durent bien plus longtemps.Il existe aujourd'hui divers modèles d'ampoules économiqueset il y a longtemps qu'elles ne diffusent plus uniquement une lumièrefroide.

Lesite 'Changezd'ampoule'lancé aujourd'hui par Greenpeace rassemble des trucs etastuces destinés aux consommateurs. Ces derniers pourrontégalement y calculer le montant des économies réaliséesen changeant leurs ampoules ou encore participer à descyberactions.

Notes: 1. Plus d'info sur www.changezdampoule.be2. Avis du Conseil fédéral du développement durable, sur l'éclairage des ménages, 28 février 2007 pour l'économie potentielle d'un million de tonnes de CO2. En 1990, année de référence pour Kyoto, les émissions en Belgique était de l'ordre de 144.335 kilotonnes. cf. www.climat.be3. Le projet européen Atlas a calculé que 40% des ampoules sont vendues dans les supermarchés. Source: Barriers to technology diffusion: the case of compact fluorescent lamps, Agence internationale pour l'énergie (AIE)4. Les partis démocratiques ne se sont pas exprimés ouvertement sur l'interdiction des ampoules à incandescence à l'occasion des élections du 10 juin mais la note provisoire du formateur Leterme y fait allusion: “[Le gouvernement soutient au niveau européen et aussi rapidement que possible l'interdiction de la vente des ampoules à incandescence. (traduction libre) […]”