Généralisation des ampoules économiques : Greenpeace classe les enseignes

Communiqué de presse - 22 novembre, 2007
Dans le cadre de sa campagne ‘Changez l’ampoule, pas le climat’ (1), Greenpeace publie aujourd’hui un classement des chaînes de magasins reflétant leur choix en matière d’éclairage économique. Brico, Ikea et Gamma jouent les éclaireurs tandis que Delhaize et Lidl se partagent le bas du classement. Pour les inciter à évoluer vers une politique de vente plus respectueuse de l’environnement, Greenpeace s’invite ce matin chez Delhaize.

Le classement établi par Greenpeace permet d'apprécier l'attention que prête le secteur de la grandedistribution à l'enjeu climatique. Le classement a été établi au départ d'uneliste de questions, complétée par des discussions avec les responsables deschaînes. Deux critères permettent d'établir une distinction entre les enseignesassurant la promotion des ampoules économiques et celles qui freinent cetteévolution  indispensable pour leclimat :

  • la date butoir retenue par leschaînes de magasins, pour le retrait des ampoules à incandescence,
  • la proportion d'ampouleséconomiques et d'ampoules énergivores actuellement proposées à la vente

Brico, Ikea et Gammaont pris les devants en matière d'éclairage peu énergivore : « Ceschaînes vont retirer les ampoules à incandescence de leurs rayons. Brico etIkea ont confirmé leur disparition pour la fin 2010. Gamma situe l'échéance auplus tard fin 2011. En réalité, c'est Ikea qui emporte la palme en proposantdès aujourd'hui plus d'ampoules économiques que d'ampoules classiques »,précise Karen Janssens, de la campagne 'Climat/Energie' de Greenpeace.

La majorité des chaînesde magasins ne mettent aucune date en avant. La Fedis, qui les représente,envisage l'élaboration d'un plan sectoriel ambitieux pour la promotion d'unéclairage sobre en énergie. Greenpeace salue cette initiative et espère que leprochain Conseil d'administration de la Fedis se conclura pas le vote duretrait phasé des ampoules à incandescence d'ici 2010.  

Delhaize fait partiedes chaînes de magasins qui refusent aujourd'hui d'avancer une date pourl'éviction des ampoules gourmandes en énergie. Ce manque d'intérêt pour l'enjeuclimatique se reflète également dans la proportion d'ampoules économiques eténergivores proposées à la vente : une ampoule économique pour sixampoules classiques. « Si cette situation perdure, le motto 'Vivezcomme vous voulez' devra se comprendre 'Gaspillez tant que vous pourrez' ...Car, les ampoules classiques consomment cinq fois plus d'électricité et ellesfinissent pas coûter cher. »

L'éclairage représentequelque 16% de la consommation d'électricité des ménages belges. Leremplacement des ampoules classiques par des modèles économiques pourraitdiminuer au moins de moitié la consommation d'électricité imputable aux ménagespour l'éclairage. Pour la Belgique, cela représenterait une économieéquivalente à un dixième des objectifs Kyoto (2). En remplaçant cinq ampoules àincandescence par des ampoules économiques, un ménage peut économiser - sur ladurée de vie des ampoules économiques - jusqu'à 400 € (3).

« L'éclairagereprésente 8% des émissions planétaires de CO2. Si nous voulons agir pour le climat, nous ne pouvons plus fairel'économie de l'efficacité énergétique, conclut Karen Janssens. Desproduits comme les ampoules économiques doivent être généralisés. C'est en touscas, l'icône que nous brandissons pour réclamer aux décideurs politiquesl'adoption, pour les appareils électriques de normes d'efficacitéminimale. »

Le Giec (grouped'experts sur le climat des Nations unies) a rappelé la semaine dernière encorel'urgence qu'il y a à agir contre les changements climatiques. Une utilisationrationnelle de l'énergie est non seulement la manière la plus efficace maisaussi la plus sûre et la moins polluante de réduire les émissions de gaz àeffet de serre.