Moins 30 % de CO2 d'ici 2020 : l'Europe peut relever le défi!

Communiqué de presse - 27 septembre, 2005
Greenpeace publie aujourd'hui un rapport intitulé 'Révolution énergétique' (1), démontrant comment l'Europe peut réduire ses émissions de CO2 de 30% d'ici à 2020 et de près de 75% d'ici à 2050. Cette réduction lui permettrait d'éviter le pire en matière de climat. Le scénario - développé à la demande de Greenpeace par l'Institut de Thermodynamique technique du Centre allemand d'Aérospatiale (DLR) - indique comment, d'ici 2050, près de la moitié de la demande en énergie de l'Europe des 25 pourrait être satisfaite par des sources d'énergies renouvelables. Ce scénario prévoit en outre la fermeture de toutes les centrales nucléaires.

Actuellement, l'Union européenne tire près de 80% de son énergieprimaire des combustibles fossiles. Les renouvelables, eux, n'yreprésentent que 6% de la production d'énergie. Cette clé derépartition laisse paraître à quel point l'Europe des 25 manqued'autonomie énergétique. Pétrole, gaz et charbon sont disponibles surson territoire, mais en quantités très limitées, et les stocksd'uranium y sont virtuellement inexistants.  

« Le scénario développé dans le rapport ' Révolution énergétique'démontre qu'en s'orientant vers un système énergétique basé surl'efficacité énergétique et les renouvelables, il est possible de neplus dépendre des importations de combustibles fossiles et nucléaires »souligne Jean-François Fauconnier, responsable de la campagne 'climat'pour Greenpeace.

Pour limiter les risques des changements climatiques, il estindispensable de maintenir l'augmentation de la température sous labarre des 2°C (par rapport à la température pré-industrielle). Celasignifie que les pays industrialisés doivent réduire leurs émissions degaz à effet de serre de 30% d'ici 2020 et de 80% d'ici 2050 (parrapport à l'année de référence 1990). Le scénario développé parGreenpeace permet d'envisager une réduction, pour le CO2, de près de75%.

Il est intéressant de constater qu'une extrapolation des tendances etpolitiques actuellement menées (option dite 'scénario de référence'dans le rapport) prévoit une augmentation de 50% des émissions de CO2d'ici 2050. Cette éventualité est parfaitement incompatible avec lalutte contre les changements climatiques et souligne à l'envi lanécessité d'une maîtrise de la demande et de la refonte de notresystème de production d'énergie.

« Malgré l'ouverture optimiste qu'il apporte, le rapport de Greenpeaceétablit que l'Europe et ses Etats-membres disposent de peu de tempspour développer massivement les énergies renouvelables. Tergiverser, neserait-ce que de quelques années, fera de la nécessaire réduction desémissions de CO2 une mission impossible», conclut Jean-FrançoisFauconnier.

Principales caractéristiques du scénario élaboré à la demande de Greenpeace :

* En exploitant l'énorme potentiel de l'efficacité énergétique, lademande en énergie primaire est réduite de 36% entre 2003 et 2050.Cette diminution de la demande en énergie est un pré-requis si l'onveut que les renouvelables puissent prendre le relais.

* L'utilisation croissante de la cogénération (c'est-à-dire laproduction combinée d'électricité et de chaleur) augmente l'efficacitédu côté de la fourniture d'énergie. Des réseaux de chauffagedécentralisés permettent d'atteindre un grand pourcentage decogénération, pour laquelle les combustibles fossiles se voientprogressivement remplacés par la biomasse et l'énergiegéothermique. 

* Le secteur de l'électricité est celui où les renouvelables prennentla place la plus importante. En 2050, plus de 70% de l'électricité estainsi produite de manière propre.

* Dans le secteur de la production d'électricité, les renouvelablespermettent la création d'environ 700.000 emplois d'ici 2010.

* Toutes les centrales nucléaires sont fermées après une durée de fonctionnement de maximum 30 ans.

* Les coûts de production d'électricité, légèrement plus élevés en2020, sont en grande partie compensés par une réduction de la demande.En 2050, le coût annuel de la production d'électricité est inférieur de10 milliards € par rapport au scénario de référence (extrapolation destendances et politiques actuellement menées).

* Dans le secteur du chauffage, en 2050, les renouvelables fournissentplus de 50% de l'énergie - principalement la biomasse, les panneauxsolaires thermiques et la géothermie. 

* En matière de transport, ce sont avant tout les grands potentielsd'amélioration de l'efficacité qui sont exploités. L'utilisation debiocarburants est limitée par la disponibilité de la biomasse enEurope, celle-ci étant avant tout valorisée dans des installations deproduction d'électricité et de chaleur.

* En 2050, les énergies renouvelables couvrent près de 50% de la demande primaire en énergie.

Notes: 1) Energy revolution, a sustainable pathway to a clean energy future for Europe.