Pas besoin de choisir entre le charbon et le nucléaire !

Grâce à l'utilisation rationnelle de l'énergie, des économies d'énergie jusqu'à 25% sont possibles dans notre pays

Communiqué de presse - 8 avril, 2004
Selon une nouvelle étude du Bureau du Plan, notre pays devrait, au-delà de 2025, faire appel à des centrales à charbon supplémentaires pour 'remplacer' les centrales nucléaires. Comme c'est souvent le cas, cette étude oublie complètement de considérer les réductions potentielles de la demande en énergie par le biais de l'utilisation rationnelle de celle-ci. Pourtant, selon une récente étude de l'Institut Fraunhofer, réalisée à la demande du ministère des Affaires économiques, des économies d'énergie de 18 à 25% peuvent être réalisées dans notre pays grâce à l'efficacité énergétique. De plus, il s'agit de mesures neutres d'un point de vue économique (c'est-à-dire sans coût supplémentaire).

Panneaux solaires et éoliennes

L'étude du Bureau du Plan s'inscrit dans la grande tradition belge du dilemme aveugle entre les combustibles fossiles et le nucléaire, 'oubliant' systématiquement le potentiel de l'efficacité énergétique. Si l'on pouvait auparavant encore se retrancher derrière l'absence d'étude à ce sujet, le rapport de l'Institut Fraunhofer démontre que ce dilemme n'en est pas un.

L'étude du Bureau du Plan prévoit que le charbon représentera, d'ici 2030, 16% de la production d'énergie en Belgique. Des économies d'énergie de l'ordre de 18 à 25% rendent donc non seulement les centrales au charbon superflues, mais permettent également de diminuer notre dépendance du gaz.

L'étude du Bureau du Plan est également à côté de la plaque dans un autre domaine, celui des énergies renouvelables. Les pronostics de l'étude sont en effet extrêmement conservateurs.

De plus, l'hypothèse retenue est qu'en 2030, l'ensemble de notre électricité devra être produite à l'intérieur de nos frontières, ce qui n'est déjà plus le cas. Des études prometteuses sur le développement de l'énergie éolienne en Mer du Nord, en dehors des eaux territoriales, ne sont pas non plus prises en considération.

En ce qui concerne l'efficacité énergétique, notre pays se traîne en queue de peloton européen. Nous continuons à utiliser plus d'énergie pour chauffer nos habitations que, par exemple, les Suédois, qui ne jouissent pourtant pas d'un climat hivernal des plus favorables.

Le Bond Beter Leefmilieu demande aux autorités de développer sans plus tarder un programme ambitieux pour stimuler l'utilisation rationnelle de l'énergie. Les associations de protection de l'environnement soulignent qu'une telle politique n'est pas seulement positive au point de vue de l'énergie : investir dans l'efficacité énergétique, c'est aussi créer des emplois supplémentaires (par exemple dans le secteur de la construction) et diminuer les charges énergétiques des ménages. En Allemagne, des dizaines de milliers de maisons sont rénovées chaque année grâce au soutien financier des autorités. Les économies d'énergie pour les ménages ainsi réalisées vont de 30 à 85% ! Chez nous, on continue à penser 'fossile' …

* Greenpeace fait partie des associations entrant dans le Bond Beter Leefmilieu