Opter pour l'électricité verte, un geste concret pour le climat, à la portée de tous…

Communiqué de presse - 22 septembre, 2006
Greenpeace a présenté cet après-midi, son Guide des fournisseurs d'électricité. Cette publication - disponible gratuitement et diffusée à 400.000 exemplaires - répertorie les fournisseurs d’électricité verte càd d’une électricité produite au départ d’énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse verte ou hydraulique à petite échelle). Il s’agit d’un premier inventaire à l’échelon fédéral. Pour Greenpeace, la libéralisation du marché de l’électricité (1), qui se prépare en Wallonie et à Bruxelles, permet de promouvoir l’essor de ces énergies durables et d’agir pour le climat. Julos Beaucarne, Michel De Maegd et Alain Hubert (2), présents à la conférence de presse de lancement, ont confirmé leur volonté de passer à l’électricité verte.

Plusieurs personnalités se sont engagées à passer à l'électricité verte, dont Marion Hansel, Julos Beaucarne, Michel De Maegd et Alain Hubert.

Greenpeace a rappelé qu'il est indispensable d'entamer, sans attendre,une (R)évolution énergétique passant par une plus grande maîtrise de lademande en électricité et une ré-orientation des sources (abandon dunucléaire et des énergies fossiles et promotion de l'éolien, du solaireet de la biomasse). Cette (R)évolution énergétique doit être l'affairede tous, des particuliers comme des politiques. En juin dernier,Greenpeace a remis aux ministres fédéraux et régionaux del'Environnement et de l'Energie, un scénario démontrant la faisabilitéde cette (R)évolution énergétique (3). L'organisation de défense del'environnement leur demande aujourd'hui de faire - comme tout unchacun peut le faire - un geste concret pour la planète en passant àl'électricité verte à leur domicile, cabinet et administrationrespectives.

Le guidepublié par Greenpeace rappelle que pour sauver le climat, il fautmaîtriser notre demande en énergie et nous diriger vers de nouvellessources d'énergies en abandonnant sans tarder les énergies nucléaireset fossiles qui sont aujourd'hui à l'origine d'une partie importante denotre production électrique.

« Nous avons contacté plusieurs personnalités en leur demandant d'opter pour de l'électricité verte

,

commenteJean-François Fauconnier, responsable de la campagne ‘Climat/Energie’de Greenpeace. Nous avons été frappés par leur souhait de trouver unmoyen simple de faire un geste pour le climat. Nous sommes nombreux àvouloir agir pour éviter la débâcle climatique, l’ouverture du marchéde l’électricité nous en offre la possibilité. Avec ce guide, poursuitJean-François Fauconnier, nous poursuivons un double objectif :convaincre tout un chacun qu’il peut faire la différence en optant pourune électricité produite sans polluer et permettre aux utilisateurs defaire le meilleur choix possible pour le climat et l’avenir de laplanète. »

C'est pourquoi le guide propose un classement établi sur base de troiscritères : l'origine du courant proposé (à partir de quelle sourcel'énergie est-elle produite?), les investissements des fournisseurs oude leur maison-mère (soutiennent-ils par ailleurs des énergiespolluantes ?)  et la qualité des services proposés en matièred'économies d'énergie. L'application de l'ensemble de ces critèrespermet de mettre en évidence la plus-value écologique de chaquefournisseur et de répartir les fournisseurs en trois catégories(vert-orange-rouge).

Le classement des fournisseurs sera adapté en ligne afin de suivre l'évolution du marché libéralisé de l'électricité.

En optant pour une électricité qui ne provient ni du nucléaire ni d'uneénergie fossile, les ménages belges peuvent non seulement encouragerles producteurs d'électricité verte actifs en Belgique mais aussiaffirmer leur souhait de voir les décideurs politiques prendre laproblématique climatique à bras-le-corps (4).

Si une fraction du public semble prête à évoluer vers une productionénergétique propre et renouvelable, rien ne pourra se faire sansvolonté politique. Or, celle-ci fait toujours défaut en Belgique.

« C'est pourquoi, nous nous adressonsune nouvelle fois aux six ministres de l'Environnement ou de l'Energie(5), directement concernés par ce dossier. Nous leur demandonsd'opter  pour l'électricité verte sur leur domicile et lieu detravail et de donner ainsi le signal qu'ils sont à l'écoute despréoccupations de nombreux citoyens, ajoute Wendel Trio, directeur descampagnes de Greenpeace. Ils disposent de tous les éléments techniquesnécessaires pour permettre à la Belgique de tourner enfin le dos auxénergies polluantes que sont le nucléaire


 et le charbon.»

La conférence de presse de Greenpeace s'est tenue au café de fiennes,un centre de séminaire axé sur le développement durable qui a entaméles démarches nécessaires à son passage à l'électricité verte. Lesbureaux bruxellois de Greenpeace fonctionnent également depuis octobre2004, à l'électricité verte. Assurer l'avenir de notre planète estparfois plus simple qu'il n'y paraît.

1)  À Bruxelles, il sera possible de changer de fournisseur dès le1er octobre. Les contacts signés avant le 30 novembre entreront envigueur à partir du 1er janvier 2007. Les contrats signés à partir du1er décembre entreront en vigueur le 1er mars 2007.  La Régionwallonne n'a pas encore indiqué si elle offrait la mêmepossibilité  mais les ménages wallons peuvent, depuis juillet2004, changer de fournisseur s'ils optent pour l'électricité verte.Dans les deux cas, il suffit de prendre contact et de signer un contratavec le nouveau fournisseur... Dans les deux cas, il suffit decontacter un nouveau fournisseur et signer un nouveau contrat. EnFlandre, le marché est libéralisé depuis juillet 2003.

2)  La réalisatrice et productrice, Marion Hänsel soutientégalement la campagne de Greenpeace.  Etant à l'étranger, elle n'apu assister à la conférence de presse. Plusieurs personnalitésflamandes ont également accepté de changer de fournisseursd'électricité.

3) Scénario énergétique et résumé exécutif disponibles ici.

4) A titre indicatif,  près de la moitié des ménages aux Pays-Bas ont opté pour l'électricité verte.

5)   Bruno Tobback et Marc Verwilghen pour le Fédéral, BenoîtLutgen et André Antoine pour la Région wallonne, Kris Peeters pour laFlandre et Evelyne Huytebroeck pour la Région bruxelloise.