Troisième mise à jour du classement des fournisseurs d’électricité

Electricité : la Belgique passe tout doucement au vert… Electrabel reste seul dans le rouge

Communiqué de presse - 25 septembre, 2007
Greenpeace publie aujourd’hui la troisième mise à jour de son classement des fournisseurs d’électricité. Une distinction s’opère entre les fournisseurs d’électricité nouvellement arrivés sur le marché et Electrabel. Les nouveaux venus (Ecopower, Wase Wind, Lampiris, Nuon Nature et Essent) verdissent le marché, tandis qu’Electrabel continue à proposer de l’électricité produite de manière polluante.

Troisquestions sont à la base du classement des fournisseursd'électricité établi par Greenpeace :

  • comment l'électricité est-elle produite ?, en d'autres termes quel est le mix énergétique proposé par le fournisseur;
  • dans quel type de production d'électricité la maison mère investit-elle?, en d'autres termes quelle est la politique d'investissements menée par le fournisseur;
  • dans quelle mesure le fournisseur promeut-il l'efficacité énergétique et les économies d'énergie ?, en d'autres termes quels efforts de sensibilisation le fournisseur fait-il ?

Aprèscompilation des résultats obtenus auprès desfournisseurs, un classement en trois catégories est établi :verte, orange, rouge.

Selonles régions, cinq fournisseurs se classent à nouveaudans la catégorie 'verte'. « Onne peut cependant pas parler d'un status quo,commente Jan Van De Putte, de la campagne 'Climat/énergie'de Greenpeace. Nuonse classe un peu moins bien en raison de sa politiqued'investissements dans des centrales au charbon aux Pays-Bas. Lecourant vert de Nuon Nature chute de la seconde à la quatrièmeplace. Pour les régions bruxelloise et wallonne, c'estLampiris qui se classe le mieux. Juste après les deuxfournisseurs uniquement présents en Flandre : Ecopower etWase Wind. »

SPE-Luminussort de la catégorie 'rouge' et s'intègre maintenantdans la catégorie 'orange' en raison d'une diminution deses actions dans l'énergie nucléaire et d'uneaugmentation de ses investissements dans des énergies vertes.C'est donc le second fournisseur belge qui grimpe de catégorie.Ce changement dans le classement a d'autres implications.Electrabel est maintenant le seul fournisseur d'énergie dansla catégorie 'rouge'.

Electrabels'y trouve tant pour ses produits classiques que pour son courantdit 'vert'. « Pour Jan Vande Putte, lestatus quo d'Electrabel s'explique par de nouveauxinvestissements réalisés dans des centrales nucléairesdont la durée de vie est prolongée. Quant au courantdit 'vert' proposé par Electrabel, il est produit engrande partie à partir de biomasse (déchets ligneux,noyaux d'olives). Le problème est que ces matièressont brûlées dans des vieilles centrales au charbon àfaible rendement. Avec ce type de production, plus de 60% del'énergie est perdue, c'est un gaspillage éhontéde biomasse. »

Quantà la méthodologie du classement, elle est établiedepuis 2003 en constante concertation avec les fournisseursd'électricité. « Cesdernières années, nous avons remarqué,ajoute Jan Van De Putte, quela plupart des fournisseurs se sont efforcés d'injecter plusde courant réellement vert sur le marché. C'esten soi, un bon signe. Un des objectifs du classement étaitd'ailleurs d'imprimer une dynamique au marché, enstimulant les fournisseurs à proposer aux ménagesbelges une électricité produite de manière moinspolluante.»

Ilserait cependant imprudent de conclure que l'on investitmassivement en Belgique dans une électricité 'verte'.En effet, celle-ci représente à ce jour à peine2% de la production électrique en Belgique. «Lesproduits verts proposés par des entreprises comme Nuon etEssent sont issus de l'importation. Encomparaison avec d'autres pays européens, la Belgique resteà la traîne. Cette apathie lui fait manquer beaucoupd'opportunités en matière d'emplois. Lesautorités belges devraient rectifier le tir d'urgence.»

Lesétudes comparatives disponibles sur les sites des régulateursdes différentes régions permettent de rassurer lesconsommateurs : les fournisseurs les plus respectueux del'environnement ne sont pas plus chers que ceux qui continuent àproposer de l'électricité polluante. Certainspratiquent des prix tout à fait concurrentiels.

Enoptant pour du courant vert, le consommateur peut contribuer àla protection du climat et aider à la sortie du nucléaire.Le classement établi par Greenpeace permet au citoyen de faireun choix conscient pour l'environnement. Afin d'inciter le plusgrand nombre à opter pour l'électricité verte,Greenpeace met à disposition des consommateurs 230.000cartes de sensibilisation via le réseau Boomerang.

Classementet méthodologie disponible sur www.greenpeace.org/electriciteverte