La Campine n’est pas une décharge nucléaire!

1 commentaire
Actualité - 21 octobre, 2010
L’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) propose d'enfouir les déchets nucléaires des centrales nucléaires belges dans les couches argileuses de Campine et ce, de manière irréversible. Greenpeace s'oppose à ce projet et mène cette semaine une action dans plusieurs communes de Campine qui « entrent en ligne de compte ».


Carte des 22 communes qui entrent en ligne de compte, selon l’ONDRAF, pour l’enfouissement de déchets nucléaires hautement radioactifs.

Pas moins de 22 communes de Campine courent le risque de devoir accueillir sur leur territoire un site d’enfouissement de déchets nucléaires hautement radioactifs. Greenpeace est présente jusqu’au 23 octobre sur les marchés locaux de certaines de ces communes, pour faire prendre conscience aux habitants des risques du stockage en profondeur.

La sortie du nucléaire: une nécessité

Nous restons convaincus qu’une sortie graduelle du nucléaire et donc, l’élimination des déchets nucléaires, est parfaitement possible. La clé de l'évolution vers une production d'énergie plus efficace réside dans la combinaison d'énergie propre et renouvelable comme les éoliennes, l'énergie solaire et les cogénérations à haut rendement. En Belgique, la CREG (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) a déjà calculé qu'il y a suffisamment de projets renouvelables pour respecter le calendrier de sortie du nucléaire proposé par la loi.

Que propose Greenpeace?

Quelle que soit la solution choisie pour le stockage des déchets nucléaires, il s’agira toujours du choix de l’option « la moins mauvaise ». Dans ces circonstances, il est inacceptable de continuer à utiliser l’énergie nucléaire. L’énergie renouvelable ne produit pas de déchets radioactifs et ne nous contraint pas à d’énormes risques à long terme.

Greenpeace sur le marché de Geel, en Campine.


Quel est le problème avec les déchets nucléaires?

  • La radiation des déchets radioactifs modifie la matière dans laquelle elle pénètre. Dans nos cellules, par exemple, ces mutations peuvent engendrer des cancers et d’autres affections.
  • Chaque dose, aussi petite soit-elle, augmente le risque que ce type d’affections survienne. La Commission internationale de protection radiologique souligne qu’il n’existe aucune dose de radiation sûre.
  • Les déchets radioactifs sont non seulement extrêmement radiotoxiques, mais ils restent également dangereux pendant des siècles, littéralement. L’inhalation d’une minuscule particule de plutonium d’à peine 7 microgrammes provoque immanquablement un cancer du poumon et cette substance continue d'émettre une radiation dangereuse pendant au moins 244.000 ans.
  • Il n’existe aucune technologie dans le monde permettant d’isoler totalement des déchets hautement radioactifs de l'environnement pendant des centaines de milliers d'années.

Pourquoi ne faut-il pas placer les déchets dans l’argile de Campine?

  • Le concept d’enfouissement de l’ONDRAF n’offre aucune garantie que les substances radioactives ne finiront jamais dans l’eau potable ou à la surface.
  • Aucun contrôle n’est possible et les déchets ne pourront pas être récupérés non plus s’il existe un jour de nouvelles technologies pour les gérer.
  • Une politique durable implique que nous ne pouvons pas imposer aux futures générations les limites de notre compréhension et de nos connaissances actuelles.
  • C’est pourquoi actuellement, l’option la moins mauvaise consiste à stocker en surface, de manière sécurisée, les déchets hautement radioactifs et qui émettront des radiations pendant des siècles afin de permettre une inspection et un contrôle permanents et afin que les déchets soient toujours accessibles pour appliquer de meilleures méthodes de gestion.

ploumploum dit:

La capitalisme produit des déchets radioactifs et nous contraint à d’énormes risques à long terme.

Les guerres imp�...

Posté 23 octobre, 2010 à 16:40 Signaler un abus Répondre

Lire la suite Réduire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).