Le nucléaire civil engrange des bénéfices et nous payons la facture !

Actualité - 22 février, 2012
L'annonce ce matin du problème de sécurité identifié à Dessel où se trouve le centre de stockage nucléaire de Belgoprocess illustre – si besoin en était – à quel point l'industrie nucléaire impose à la société civile une charge inacceptable.

Greenpeace n'est dès lors pas étonnée outre mesure des manquements identifiés par l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) à Dessel. Cette information relayée ce matin par plusieurs médias n'a rien de surprenant si on la met en perspective avec les informations parues cette semaine dans la presse et concernant le manque chronique de moyens affectés par Electrabel au démantèlement de ses centrales.

L’Organisme national des déchets et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) a d'ailleurs introduit un recours au Conseil d’Etat pour provisions insuffisantes.

« C'est une fois de plus, précise Eloi Glorieux, de la campagne nucléaire de Greenpeace, la preuve que le secteur nucléaire fait passer ses intérêts à court terme avant l'intérêt de la société civile. Il est heureux que des organismes responsables du contrôle de l'industrie nucléaire fassent correctement leur boulot et que la Belgique se trouve aujourd'hui à la croisée des chemins. A partir de 2015, elle pourra sortir sereinement du nucléaire. »

Le gouvernement fédéral a une responsable majeure sur ce plan. Le plan d'équipement attendu dans les prochains mois pour organiser la première phase du calendrier prévu par la loi de 2003 doit tenir compte du potentiel d'efficacité énergétique et de la capacité de remplacement qui se met actuellement en place. Les investisseurs ont besoin d'un signal clair pour investir dans des technologiques d'avenir.