Marghem contrainte à la transparence

Prolongation du réacteur Tihange 1

Actualité - 12 juin, 2015
MISE A JOUR - 12 juin : Malgré la décision de la Commission fédérale de recours pour l'accès aux informations environnementales (voir ci-dessous), la Ministre Marghem refuse toujours de faire la transparence sur le contrat passé avec Electrabel pour prolonger Tihange 1. Le journal l'Echo s'est procuré une copie de cette fameuse convention secrète, comme il le révèle ce vendredi.

Les éléments importants :
- l'Etat belge s'engage à indemniser complètement Electrabel en cas de fermeture anticipée de Tihange 1
- l'Etat ne percevra pas le moindre euro d'Electrabel... sauf si les gains du géant énergétique atteignent ou excèdent 9,3%

Autant de conditions qui font de notre démocratie parlementaire une véritable parodie et qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques pour notre pays. Les dommages occasionnés pourraient vite atteindre les milliards alors que la probabilité de voir Tihange 1 afficher un rendement supérieur à 9,3% est très faible.

Il est dès lors encore plus essentiel que cette convention secrète soit accessible, afin d'éviter les mêmes erreurs au moment d'évoquer une éventuelle prolongation de Doel 1 et Doel 2.

Consultez l'article de l'Echo

11 juin - La Commission fédérale de Recours pour l'accès aux informations environnementales a obligé la ministre Marghem à publier l’intégralité du contrat secret que le gouvernement précédent a conclu avec Electrabel à propos de la prolongation de Tihange 1. Greenpeace, qui avait introduit ce recours devant la Commission, s’adresse à présent à la Ministre pour obtenir l’exécution de la décision.

"Pendant des mois, la ministre Marghem a refusé de publier ce contrat ou de le transmettre au Parlement", déclare Eloi Glorieux, responsable de campagne énergie chez Greenpeace Belgique. "Le fait que la Ministre ait refusé de se soumettre au contrôle de la Commission compétente en la matière pose bien question. Qu’y a-t-il dans ce contrat qui ne puisse être révélé au grand jour ?"

Outre la publication du contrat avec le géant énergétique, la Commission a ordonné l’accès à tous les ordres du jour et communications entre Electrabel /GDF Suez (devenue Engie) et la Ministre fédérale  sur la prolongation de Tihange 1 jusqu’en 2025. Elle a également ordonné la transparence sur tous les agendas relatifs à la prolongation de Doel 1 et Doel 2.

"La Commission lance un signal clair : cette atmosphère du secret, cette façon d’agir en cachette est contraire à la loi sur la transparence, aussi bien au niveau national qu’international. Cela démontre à nouveau que l’énergie nucléaire n’a pas sa place dans une société démocratique ouverte", conclut Eloi Glorieux.