11 décembre - Pleins feux sur Bruxelles... entre-temps à Copenhague

Page - 16 décembre, 2009
Et bien...l’action de Greenpeace au Sommet européen de Bruxelles a eu beaucoup de retentissement dans la presse européenne! Le message a été entendu jusqu’à Copenhague. La sécurité danoise est très heureuse de ne pas en avoir fait les frais! Notre activité a été une grande réussite à bien des égards, même si la position de négociation européenne n’est pas aussi ambitieuse que nous l’aurions espéré. Mais les leaders européens n’auront probablement pas oublié notre action lorsqu’ils arriveront à Copenhague pour conclure un accord.

11 militants se sont présentés à l'entrée VIP du Conseil européen et ont déployé une banderole statuant que l'Union européenne devait sauver Copenhague : “EU: save Copenhagen”.

La position européenne n'est pas vraiment décevante mais bon, je ne dois probablement par redire où se situent les failles: il faut un plus grand engagement pour ce qui concerne les réductions des émissions et un financement européen à long terme pour les pays en développement. Tant que cela ne sera pas une réalité, tout l'argent déposé sur la table lors de ces négociations sera plutôt consacré à acheter les pays en développement - sans parler de l'argent du développement qui a été prélevé sans vergogne d'autres domaines auxquels il doit être affecté de toute urgence. Charles Michel a depuis (enfin) réussi à prononcer le mot 'additionnalité', mais il faut voir…

Pendant ce temps, les experts sont bombardés de nouveaux textes de négociation, souvent élaborés lors des sessions nocturnes. Le rythme est pratiquement impossible à suivre lorsqu'on est concentré sur un sujet donné. Tout est mis en place pour la semaine prochaine, quand arriveront les ministres. Ils pourront éliminer les derniers - et encore assez nombreux - crochets du texte. Il y aura sûrement encore beaucoup plus de travail de nuit à effectuer que celui qu'ont déjà réalisé leurs experts ici, mais la pitié n'est pas de mise: Copenhague est leur grande opportunité de conclure un accord pour prévenir les conséquences irréversibles du réchauffement de la planète. Qu'ils passent quelques nuits blanches à plancher sur le sujet! Cela ne représente en fin de compte qu'un petit sacrifice, non?