Nous montons un camp «climat» au cœur des forêts indonésienne

Actualité - 28 octobre, 2009
Greenpeace a monté un camp au cœur de la forêt tropicale humide d'Indonésie. Des militants y séjourneront ces prochaines semaines pour attirer l'attention sur le rôle que remplissent les forêts dans la régulation du climat mondial. La déforestation est en effet responsable d'un cinquième de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde, soit plus que tous les avions, trains et voitures réunis. Parmi les participants au camp figure également un militant belge.

Greenpeace a monté un camp au cœur de la forêt tropicale humide d'Indonésie. Le camp a été officiellement ouvert dans le cadre d'une modeste cérémonie, en présence de plus de 200 personnes.

Le camp se situe sur la péninsule menacée de Kampar, sur l'île indonésienne de Sumatra. Sous cette forêt se trouvent des couches profondes de turf, dans lesquelles sont stockées jusqu'à deux milliards de tonnes de CO2 : c'est l'un des plus grands réservoirs naturels de carbone au monde. Cet écosystème est un bastion essentiel contre les changements climatiques. Une grande partie de la forêt qui entourait Kampar auparavant a pourtant été détruite afin de faire de la place pour les plantations de palmiers à huile. La demande internationale pour les produits à base d'huile de palme a entraîné depuis 1950 la destruction de plus de 74 millions d'hectares de forêt tropicale indonésienne. Nulle part au monde la déforestation n'est aussi rapide. L'Indonésie est ainsi le troisième pays le plus pollueur en termes de gaz à effet de serre, après la Chine et les Etats-Unis.

Le camp a été officiellement ouvert lundi, dans le cadre d'une modeste cérémonie, mais en présence de plus de 200 personnes: des membres de la communauté locale et des représentants des ONG locales. Outre les journalistes de la région, le camp a également reçu la visite des chaînes US Public radio et CNN. Après des jours de labeur, le camp est prêt à recevoir des médias et politiciens du monde entier. Le message que ces visiteurs recevront est clair: la protection de la forêt est la première étape pour réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre, pour préserver la biodiversité et défendre les intérêts des populations indigènes.

Protéger la forêt et le climat

La destruction et la dégradation de la forêt tropicale humide accélèrent les changements climatiques de deux façons. D'une part, la destruction de la forêt par le feu libère dans l'atmosphère du CO2 qui, sans cela, resterait stocké, et d'autre part la superficie de forêt capable d'absorber le CO2 se réduit. La méthode la plus rapide pour sauver notre climat, c'est de mettre un terme à la déforestation. Il s'agit d'une donnée très importante pour les chefs d'Etat du monde, qui vont bientôt prendre des décisions pour notre climat à Copenhague. La conférence climatique ne peut donc pas se limiter aux émissions de CO2 des combustibles fossiles.

Il faut un plan global pour mettre un terme à la déforestation avant 2020. Grâce à un fonds, les pays possédant de grandes forêts comme l'Indonésie et le Brésil pourraient réaliser cet objectif. Les politiciens se penchent actuellement sur un certain nombre de possibilités de protéger les forêts dans le cadre du nouvel accord climatique. Certaines propositions protègent ce qui est vraiment en jeu, d'autres entraîneront davantage de déforestation. Quoi qu'il en soit, l'argent ne peut pas tomber dans l'escarcelle des responsables de la destruction des forêts, comme l'industrie forestière. Greenpeace propose 'Forests for Climate', une solution pour protéger les forêts et le climat.

Ces prochains mois, nous vous présenterons de nombreuses photos et vidéos de la forêt tropicale humide d'Indonésie.

Thèmes