Votez et influencez la politique européenne en matière d'environnement...

Poster un commentaire
Actualité - 25 mai, 2009
Plus de 70% des lois environnementales sont définies au niveau de l'Union européenne (UE). Les parlementaires européens jouent un rôle décisif lorsqu'il est question de prendre des décisions qui influencent notre quotidien. Ces hommes et femmes politiques sont vos représentants, vous êtes à la base de leur présence au parlement. Comment ? Lors des élections européennes de ce 7 juin. Votre vote peut contribuer à éviter le dérapage climatique.

Plus de 70% des lois environnementales sont définies au niveau de l'Union européenne (UE).

L'Europe pèse lourd dans la législation environnementale et c'est pourquoi Greenpeace dispose d'une équipe d'experts qui, constamment, font pression sur les décideurs européens pour qu'ils adoptent des mesures progressistes. C'est ainsi que depuis une vingtaine d'années, Greenpeace influence, en coulisses, les parlementaires européens et autres politiciens. Bien sûr il y a eu des hauts et des bas, mais certaines avancées sont le fruit de notre travail à ce niveau de décision. L'UE détient aujourd'hui la législation environnementale la plus progressiste au monde, avec des répercussions bien au-delà de ses frontières.

Voix au chapitre

Entre le 4 et le 7 juin, environ 400 millions d'européens se rendront aux urnes pour y élire les membres du Parlement européen qui à leur tour, représenteront près d'un demi-milliard d'européens. Le Parlement européen est la seule instance européenne où les citoyens ont directement voix au chapitre pour décider de qui les représentera à Bruxelles. Le choix des candidats est important, car les membres du Parlement européen font et défont les lois qui nous concernent tous.

De façon générale, l'action du Parlement pour une amélioration de l'environnement en Europe est plutôt efficace. En 2006, les parlementaires n'ont pas cédé à la pression de la Commission européenne, qui souhaitait réduire la portée de la législation européenne sur l'interdiction des substances chimiques dangereuses dans des produits allant des tapis aux poêles à frire. Le Parlement a également soutenu les demandes de Greenpeace concernant la législation REACH qui oblige les fabricants à remplacer les substances les plus toxiques par des alternatives plus sûres.

Dans certains cas cependant, les décisions du Parlement se sont révélées néfastes pour la politique européenne en matière d'environnement. Ainsi, en 2008, les parlementaires ont cédé à la pression de l'industrie automobile et ont affaibli la législation en matière d'émissions de CO2 des voitures neuves. Il s'agissait pourtant d'une véritable opportunité pour enfin s'attaquer aux émissions de CO2 du secteur des transports. Contrairement aux autres secteurs, ces émissions continuent à augmenter de manière explosive.

Incontournable

Qu'on le veuille ou non, l'UE est la plus grande économie au monde, avec Bruxelles comme capitale administrative. Les politiciens à Washington et Pékin doivent nécessairement prendre Bruxelles en considération. La puissance du Parlement européen au sein de l'UE a énormément grandi ces dernières années.

Greenpeace continuera à analyser la politique européenne en matière d'environnement et d'énergie, mais nous croyons dans la force du plus grand nombre. Car en fin de compte, l'avenir de l'environnement est entre les mains des millions de personnes qui prennent leurs responsabilités et agissent, notamment par leur vote. Les politiciens doivent comprendre qu'ils auront des comptes à rendre. Ils doivent cesser de tergiverser et reconnaître que pour sortir rapidement de l'impasse, il est urgent d'investir dans des modes de production et de consommation durables. Ils doivent entamer une révolution verte, avec des millions de nouveaux emplois « verts » à la clé pour ainsi relancer l'économie. 

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).