Soutien grandissant pour le moratoire sur la déforestation en Indonésie

Actualité - 21 août, 2008
Le gouverneur de Riau à Sumatra s’est prononcé en faveur de l’introduction d’un moratoire sur la déforestation. Greenpeace est particulièrement heureuse de cette étape importante. Riau est l’une des régions d’Indonésie où des plantations d’huile de palme sont aménagées à un rythme élevé.

Une plantation de palmiers à huile à Riau (Sumatra – Indonesie).

Dans la province, une déforestation a lieu à grande échelle pour des plantations d'huile de palme, libérant d'importantes quantités de gaz à effet de serre. C'est surtout la déforestation de tourbières riches en carbone, brûlées pour l'aménagement de plantations d'huile de palme, qui contribue considérablement au changement climatique. De ce fait, l'Indonésie est le troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre au monde.

Lors du sommet du G8 en juillet, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono avait déjà fait part de son intention de réduire de moitié en 2009 les émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation. Pour ce faire, la collaboration des autorités locales est indispensable.

Auparavant, les gouverneurs de l'Aceh et de Papua avaient déjà plaidé en faveur d'un arrêt de la déforestation et contre l'extension des plantations d'huile de palme. Les étapes entreprises par les provinces de Sumatra, Aceh et Papua revêtent une importance cruciale pour arriver à un moratoire pour l'ensemble de l'Indonésie.

Après des actions et des études de Greenpeace, Unilever, l'un des principaux utilisateurs d'huile de palme au monde, a décidé en mai dernier d'adhérer à ce moratoire.

En novembre, l'industrie de l'huile de palme se prononcera sur le moratoire lors de la conférence de la Round Table on Sustainable Palm Oil (RSPO) à Bali. Greenpeace appelle l'industrie de l'huile de palme et le gouvernement indonésien à mettre un terme à la déforestation à travers l'ensemble de l'Indonésie.

Thèmes