Greenpeace protège la Mer du Nord avec d'énormes rochers

Actualité - 13 août, 2008
Des militants de Greenpeace ont commencé à déverser de gros rochers naturels dans la Mer du Nord. Pesant de deux à trois tonnes, et mesurant un mètre cube, ces rochers sont jetés à l'eau au moyen d'une grue à bord de notre navire.

Des pierres naturelles sont jetées dans la Mer du Nord pour en protéger le fond.

Greenpeace veut ainsi protéger une zone naturelle au nord-est de Groningen des ravages causés par la pêche au chalut de fond. Les gouvernements ne fait quasi rien pour protéger la région : la pêche se poursuit tranquillement dans les zones naturelles. Greenpeace veut que la mer soit véritablement protégée.

Zone "protégée" ?

Le Sylt Buiten Rif, au nord-est de Groningen, possède une très grande biodiversité marine : depuis les organismes de fond jusqu'aux phoques et aux marsouins. Bien que cette zone soit protégée par la Directive relative aux habitats européens, les activités destructrices s'y poursuivent au quotidien. La vie marine, qui devrait être protégée, est détruite un peu plus chaque jour par la pêche de fond et l'extraction de sable et de gravier.

De nombreux pêcheurs de fond néerlandais sont actifs dans cette zone, faisant partie du plateau continental allemand. En traînant leurs chaluts avec de lourdes chaînes sur le plancher océanique, les pêcheurs détruisent tout ce qui y vit. Le chalutage de fond est l'une des méthodes de pêche les plus destructives, qui implique de nombreuses prises accessoires. La capture escomptée de soles et de limandes se solde généralement par 80 pour cent de prises accessoires : jeunes poissons et animaux des profondeurs que les pêcheurs rejettent, morts ou mourants, par-dessus bord.

En déversant de gros blocs de granit dans la mer, Greenpeace entrave le chalutage de fond et protège ainsi cette importante zone naturelle.

Pas des paroles, mais des actes

Greenpeace veut que les autorités européennes éliminent ensemble toutes les activités destructrices des zones de grande valeur écologique comme le Sylt Buiten Rif, afin que notre mer ait la possibilité de se rétablir après des années de surexploitation. Tous les pays de l'UE, dont les Pays-Bas et l'Allemagne, ont convenu en 1995 de prendre des mesures de protection. Mais tous les pays de la Mer du Nord tardent à mettre en oeuvre ces accords, connus sous la dénomination Natura 2000, également les Pays-Bas. Greenpeace estime que

ce report n'est plus acceptable.

Thèmes