22 communes en lice pour devenir les poubelles nucléaires de la Belgique

Actualité - 25 août, 2010
Greenpeace a averti les 22 communes qui entrent en ligne de compte pour recueillir les déchets hautement radioactifs à propos desquels l'ONDRAF propose (jusqu'au 6 septembre prochain) une consultation publique. La plupart de ces communes sont situées en Campine, entre Essen et Lommel. Elles présentent la double caractéristique nécessaire à un dépot géologique, à savoir un sous-sol composé d'argile de Boom d'une profondeur de 200 mètres minimum et d'une épaisseur minimale de 100 mètres. Greenpeace a établi une carté situant ces communes. Il est encore temps d'éviter qu'elles ne deviennent les poubelles nucléaires belges.

Depuis 35 ans, nos centrales nucléaires produisent quantités de déchets hautement radioactifs. Aucune solution sûre n'existe à ce jour pour leur gestion à long terme.

Le problème de la gestion à très long terme des déchets nucléaires, générés en grande partie par nos centrales nucléaires, ne doit en aucun cas être devenir le problème des seuls habitants de communes situées sur la carte ci-dessous. C'est un problème qui nous concerne tous. Et la consultation publique organisée par l'ONDRAF (organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies) donne à tous l'occasion d'émettre des objections quant à l'option principalement étudiée par cet organisme et pour laquelle un aval gouvernemental est recherché.

Greenpeace conteste l'option envisagée par l'ONDRAF et rappelle qu'aucune solution n'a été trouvée à ce jour pour le stockage des déchets hautement radioactifs qui resteront dangereux pendant de nombreux siècles encore. Pourquoi s'opposer à un enfouissement définitif et en profondeur des déchets hautement radioactifs ?

Ces déchets conservent leur radioactivité pendant des centaines de milliers d'années. Nous devons conserver la possibilité de contrôler leur évolution et de les neutraliser lorsqu'une solution pour limiter leur radioactivité sera enfin trouvée. les déchets nucléaires existants doivent être entreposés de manière contrôlables et récupérables. Et bien sûr, il est rééllement temps de cesser d'en produire. Les énergies renouvelables ne produisent pas de déchets nucléaires et ne mettent pas les générations futures en danger.

Pour vous aider à participer de manière informée à la consultation de l'ONDRAF, Greenpeace vous propose de prendre connaissance de son argumentaire et de réagir ensuite.

22 communes en lice pour devenir les poubelles nucléaires de la Belgique.