Pas de solution à la crise du climat sans protection de la biodiversité

Poster un commentaire
Actualité - 3 juin, 2009
Pratiquement tout le monde est à présent conscient de l’importance de la biodiversité pour l’être humain. Ce terme désigne les nombreuses espèces de plantes et d’animaux et les différents écosystèmes dans lesquels vivent ces espèces. Mais on connaît moins le rôle que la biodiversité peut jouer dans la lutte contre le changement climatique. Le maintien de la biodiversité doit occuper une place centrale dans le mécanisme de protection des forêts primaires pour préserver leur valeur en tant que stock de carbone. C’est la conclusion d’un nouveau rapport de l’université de Fribourg, rédigé pour le compte de Greenpeace.

Enfant “Pygmée” dans la forêt, région du lac Tumba, Mabali. Selon certaines estimations 40 millions de personnes dépendent de la forêt pour assurer leur quotidien.

Espèces menacées

D'après les estimations, il resterait moins de 500 tigres de Sumatra à l'état sauvage. Cet animal semble donc promis au même sort que les tigres balinais, caspiens et javanais : l'éradication complète. Cet exemple doit nous rappeler que l'impact exercé par l'être humain a déjà fait disparaître mille fois plus d'espèces que cela n'aurait été le cas sans lui. Et le changement climatique risque de faire disparaître un plus grand nombre d'espèces de plantes et d'animaux encore.

A l'inverse, la disparition de la biodiversité va de pair avec une accélération du changement climatique. Les forêts tropicales humides, par exemple, sont non seulement d'immenses réservoirs à CO2, mais elles abritent également une énorme biodiversité. La conversion des forêts anciennes en plantations libère une très grande quantité de carbone dans l'atmosphère et cette richesse naturelle se perd. La biodiversité permet aussi à la population locale de s'armer contre le changement climatique parce que les forêts leur fournissent leur alimentation, de l'eau pure, un toit et des médicaments.

La voie vers Copenhague

A la demande de Greenpeace, l'université allemande de Fribourg a réalisé une étude de la relation entre la biodiversité et le changement climatique. Ce rapport se trouve à Bonn, où des experts se réuniront en vue du sommet climatique à Copenhague à la fin de cette année. Le timing est important, parce que les négociateurs discuteront du principe REDD (Reducing emissions from deforestation and forest Degradation), un mécanisme financier qui doit fournir des compensations aux pays en voie de développement en échange de mesures pour stopper ou prévenir la déforestation.

Intégrer la biodiversité

L'étude souligne l'importance de la biodiversité dans le contexte du mécanisme REDD. En intégrant le concept de biodiversité dans ces mesures, nous pourrons éviter que des projets de conversion de la forêt tropicale humide en plantations entrent en ligne de compte pour les fonds de protection de la forêt.

Nous devons protéger les différentes espèces de plantes et d'animaux parce qu'elles font partie intégrante de cette planète. Mais cette étude a révélé que nous devons également préserver la biodiversité pour notre propre protection.

Thèmes
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).