Le politique doit réconcilier climat et mobilité

Actualité - 25 avril, 2009
C'est en susbstance le message que des militants de Greenpeace ont délivré ce samedi 25 avril 2009 au cdH et et CD&V, réunis en congrès électoral, à Liège et à Gand. André Antoine (cdH), Benoît Lutgen (cdH) et Kris Peeters (CD&V) ont reçu - chacun à leur manière - les émissaires de Greenpeace, venus leur rappeler qu'il est contreproductif d'envisager de nouvelles infrastructures routières alors que la Belgique aura bientôt de nouvelles obligations internationales en matière de réductions de CO2. André Antoine était... placide, Benoït Lutgen vaillant et Kris Peeters plutôt affable.

Greenpeace, invitée surprise du congrès du cdH. Benoît Lutgen, ministre wallon de l'Environnement saisit la balle au bond pour faire étalage de son bilan environnemental.

Alors que les négociations en vue de l'après-Kyoto se préparent, il serait temps d'évoluer résolument vers une autre mobilité. Le 'tout à la voiture" date mais tarde à disparaître des programmes politiques. Greenpeace a profité des rassemblements politiques du week-end pour rappeler que la réalisation de la liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux-Beaufays (CHB) en Wallonie et l'élargissement du ring de Bruxelles en Flandre risquent bien de nous faire louper le train d'une mobilité en phase avec l'urgence climatique...

A l'issue des discours, Greenpeace a échangé son point de vue avec les candidats sociaux chrétiens dans les deux Régions du pays. Pour connaître la position des partis démocratiques sur les questions de mobilité et de climat, consultez le coup de sonde électoral réalisé en mars dernier par Greenpeace.

Votre vote permettra-t-il d'éviter le dérapage climatique? Consultez le sondage