L’après 7 juin et le climat

Poster un commentaire
Actualité - 8 juin, 2009
Le week-end dernier, vous vous êtes rendus aux urnes pour élire vos représentants européens et régionaux. Durant les semaines qui ont précédé ces élections, Greenpeace n’a pas manqué d’attirer l’attention des politiques et de l’opinion publique sur la problématique climatique en général, et sur certains dossiers importants touchant à la mobilité en particulier.

Des militants de Greenpeace ont dévié la circulation du ring de Bruxelles. Ils ont installé une pièce de gazon de 180 m2 sur trois bandes de circulation pour montrer les alternatives à l'élargissement.

Ainsi, lors des congrès électoraux du CDH et du MR, Greenpeace a protesté contre le projet de construction d'une nouvelle autoroute près de Liège (la liaison CHB). Et à l'occasion d'une réunion du gouvernement wallon, nous avons demandé à certains politiques wallons s'ils comptaient suivre la position du ministre PS Michel Daerden, fervent partisan de la construction de nouvelles autoroutes, et donc opter pour une politique de mobilité digne de la préhistoire. Il semble évident que, malgré les rivalités entre le MR et le PS dans les médias, les deux partis sont sur la même longueur d'ondes lorsqu'il s'agit de vouloir construire de nouvelles autoroutes. Tous les partis francophones sont pourtant contre l'élargissement du ring de Bruxelles… Deux poids deux mesures ?

Contrairement aux partis francophones, certains partis néerlandophones sont en faveur de l'élargissement du ring autour de Bruxelles. C'est entre autres le cas du CD&V et de l'Open-VLD. Là aussi, nous avons interrompu les congrès électoraux pour nous opposer à ce projet « climaticide ». Nous avons également bloqué un bref moment le ring pour y illustrer les alternatives durables aux problèmes de congestion.

Pour un protocole de Copenhague ambitieux

En menant ces actions peu avant les élections, nous avons voulu mettre la pression sur les gouvernements futurs pour qu'ils prennent enfin au sérieux la problématique climatique. Aujourd'hui déjà, quelque 300.000 personnes meurent tous les ans des suites des changements climatiques et l'urgence se fait de plus en plus ressentir. C'est que ce révèle le rapport « The Anatomy of a Silent Crisis », présenté la semaine dernière par l'ancien secrétaire des Nations unies, Kofi Annan. Nous ne pouvons simplement plus accepter une politique « climaticide » !

A la fin de cette année, les pays des Nations unies devront négocier un nouvel accord sur le climat à Copenhague. Il est essentiel que cet accord soit beaucoup plus ambitieux que le protocole de Kyoto et Greenpeace compte notamment sur les politiques belges pour qu'ils apportent leur pierre à l'édifice. Et bien sûr, les mesures politiques domestiques devront aller dans la même direction. Nos émissions de gaz à effet de serre doivent d'urgence être revues à la baisse et ici, c'est surtout le transport routier qui pose problème.

Dans ce contexte, Greenpeace attend des prochains gouvernements régionaux qu'ils optent pour des mesures durables et respectueuses du climat pour résoudre les problèmes de congestion sur nos routes et qu'ils abandonnent une fois pour toutes les solutions à court terme qui consistent à augmenter le nombre de bandes de circulation ! Nous suivrons de très près les négociations qui se dérouleront dans les semaines à venir à propos des prochains accords gouvernementaux à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre.

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Poster un commentaire 

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit(e).