C'est aujourd'hui que débute à Marrakech le premier sommet climatique international du futur. La « COP22 » se réunit près d'un an après l'accord climatique innovateur de Paris, avec en toile de fond la transition vers un monde exempt de pollution par les combustibles fossiles. Notre Rainbow Warrior a recueilli des récits sur le thème de l'énergie renouvelable dans tout le bassin méditerranéen et l'équipe de Greenpeace assiste aux négociations afin de s'assurer que les ambitions de Paris ne restent pas lettre morte.

Suivez nos collègues sur Snapchat greenpeace_be pour avoir les dernières nouvelles de Marrakech ! (à partir de la semaine prochaine)

Récits sur le climat pour Marrakech

Le timing n'aurait pas pu être meilleur. Le nouvel accord climatique est entré en vigueur la semaine dernière, en un temps record, 11 mois à peine après sa signature à Paris. C’est-à-dire juste à temps pour le sommet sur le climat de Marrakech, qui a ainsi le vent en poupe.

C’est d’ailleurs le message des nombreux témoignages recueillis par le Rainbow Warrior lors de son périple en Méditerranée. Des individus et des communautés se mobilisent un peu partout pour installer des panneaux solaires, s’opposer aux projets liés aux combustibles fossiles et protéger nos forêts. Paris a signé la mort des combustibles fossiles, et nous voulons que nos politiciens tiennent leur parole.

Ce qu’attend Greenpeace de ce sommet climatique

Les enjeux de Marrakech sont aussi élevés : si nous voulons maintenir le réchauffement climatique mondial sous la barre des 2 °C, et même de préférence en deçà de 1,5 °C, des règles claires doivent être posées rapidement. Autrement dit, il ne suffit pas de conclure un accord climatique ambitieux, encore faut-il agir ! C’est pourquoi nous attendons :

1. Des objectifs plus ambitieux. Les objectifs nationaux actuels nous feront dépasser le seuil fixé à 1,5 ou 2 °C.
2. Une action rapide. Pour rester sous le seuil de 1,5 °C, nous devons fournir des efforts supplémentaires avant 2018.
3. Des règles du jeu claires. Comment les objectifs seront-ils évalués et améliorés ?
4. De la solidarité. Nous devons soutenir les pays les plus vulnérables, et pas seulement financièrement.
5. Des plans à long terme. Ainsi, l’industrie pourra aussi passer de l’énergie fossile à l’énergie renouvelable.

Depuis Paris, nous suivons tous le même cap : un avenir exempt de combustibles fossiles. Mais si nous voulons atteindre ce but, nous devons passer à la vitesse supérieure !

Nos collègues vous tiennent au courant de l’avancement des négociations à Marrakech sur Snapchat.