Une étude mondiale commandée par Greenpeace révèle ce jeudi que 74% des personnes interrogées approuvent ou approuvent fortement l'idée que les gouvernements créent une zone protégée dans l'océan arctique autour du Pôle Nord, offrant ainsi un véritable sanctuaire aux espèces animales et autres formes de vie marine.  Tout aussi impressionnant : 71% des personnes interrogées sont d'avis que l'océan arctique devrait être préservé de tout forage pétrolier et autres activités industrielles.

Aujourd’hui, de manière solidaire, des bénévoles et activistes de Greenpeace ont symboliquement choisi de porter le message de ces citoyens du monde entier au plus haut niveau de leur pays respectif en gravissant des montagnes ou en montant sur des toits pour y déployer leur bannière  « Save The Arctic ».

Hong Kong

A Bruxelles aussi, un message clair a été lancé depuis les Arcades du Cinquantenaire. Un lieu que nous n’avons évidemment pas choisi de manière innocente puisqu’il se situe à proximité du quartier européen. Or, nous attendons de l'Union européenne qu'elle joue un rôle actif et déterminant pour la protection du Pôle Nord. Face à ce massif soutien, qu'attendent donc les gouvernements pour prendre les mesures qui s’imposent ?

Bruxelles

Plus tôt cette semaine, le Conseil de l'Arctique (forum intergouvernemental traitant des problématiques rencontrées par les gouvernements des Etats ayant une partie de leur territoire dans l'espace arctique) a organisé la réunion inaugurale du Conseil économique de l'Arctique, l’industrie pouvant ainsi s’entretenir avec les responsables des décisions arctiques. Une initiative menée par la présidence actuelle du Canada, dont la feuille de route est ouvertement partisane de l'industrie et opposée à l'environnement ainsi qu’aux désirs du grand public.

Alors que les glaces de l'Arctique fondent, de nombreux gouvernements de cette fragile région ont déjà ouvert la porte à l’exploration pétrolière. Nous disposons d’une opportunité historique et unique de pousser ces acteurs influents à préserver l'avenir de notre planète et à faire usage de leur position dominante pour protéger, et non piller, l'Arctique en mettant un terme à la percée de l'industrie vers le Grand Nord. Laisser le pétrole de l'Arctique là où il se trouve, dans les fonds marins, ne sauverait pas uniquement la région d’un risque de marée noire mais nous permettrait aussi, plus globalement, de lutter contre le changement climatique.

Canada

Le cœur de l’océan arctique n'a pas encore été atteint. Les gouvernements peuvent collaborer à la création d'un sanctuaire arctique sous forme d'une réserve marine dans ces eaux, afin de bloquer toutes les industries destructrices, y compris l'exploration et l'extraction de pétrole, de gaz et de minéraux, la pêche industrielle, les activités militaires et de mettre en place des contrôles environnementaux stricts sur la circulation des navires.

La zone proposée pour le sanctuaire se situe dans des eaux internationales couvrant le cœur de l’océan Arctique, au-delà des 200 miles nautiques de la zone économique exclusive (ZEE) de chaque état côtier de l'Arctique. Une zone dont l’avenir est sérieusement menacé par les compagnies pétrolières et les chalutiers qui lorgnent sur son potentiel pétrolier et de surpêche. Nous pouvons toutefois changer la donne, son avenir est également entre nos mains ! Maintenant que le monde a exprimé son soutien clair et unifié à la création d’un sanctuaire arctique, il est temps d'agir. Il convient de remplir une obligation démocratique pour sauver cette région, afin que les futures générations et la vie sauvage puissent profiter de sa beauté naturelle.

Un sanctuaire arctique protégerait l'un des écosystèmes les plus fragiles et les plus uniques de notre planète. Un lieu de vie pour les narvals, ours polaires, oiseaux marins et autres espèces animales. Similaire à ce qui a été mis en place pour la protection de l'Antarctique, il autoriserait néanmoins les études scientifiques et une navigation contrôlée.
Plus de 800 politiciens influents, intellectuels, lauréats du Prix Nobel, artistes et autres personnalités ont associé leur nom à la Déclaration internationale pour l'Avenir de l'Arctique. Avec leur soutien et celui de la majorité des citoyens du monde qui, nous le savons désormais, approuvent cette démarche, nous pouvons, tous ensemble, faire la différence.

Nouvelle-Zélande

Rejoignez le mouvement mondial pour sauver l'Arctique sur le site www.savethearctic.org