On ne pouvait pratiquement pas rêver plus beau cadeau de Noël : le président Obama et son homologue canadien Trudeau ont décrété la protection permanente de vastes territoires du pôle Nord. La porte se ferme donc définitivement pour les compagnies pétrolières. C’est une nouvelle fantastique pour la population indigène d’Alaska et les plus de 8 millions de défenseurs du pôle Nord.

Pétrole en sous-sol

C’est une victoire non seulement pour le fragile écosystème de la région arctique et ses nombreux habitants, qui en dépendent pour leur survie, mais également pour le climat. Obama semble avoir bien compris que les nouveaux gisements de pétrole et de gaz doivent rester dans le sol afin d’endiguer la crise climatique.

Et Trump dans tout ça ?

Par cette initiative, Obama donne l’impression de vouloir protéger le pôle Nord contre la présidence de Donald Trump. Le futur président américain est en effet un climatosceptique qui ne cache pas ses intérêts avec l’industrie des combustibles fossiles. Il a ainsi récemment nommé le CEO du géant pétrolier ExxonMobil à la tête de l’agence américaine pour l’environnement.

Cette décision ne risque-t-elle donc pas de passer à la trappe dès l’année prochaine ? S’il est probable que Trump tente d’annuler le projet d’Obama, il devra pour cela aller en justice ou convaincre le Congrès d’adopter une nouvelle loi. Qu’il essaie seulement. En ce qui nous concerne, il devra d’abord aussi nous passer sur le corps.

People power

Depuis déjà des années nous exigeons, aux côtés de millions d’hommes et de femmes, la protection du pôle Nord. L’année dernière, nous avons pu repousser Shell en dehors de l’Arctique, et cette année le secteur de la pêche a aussi décidé de rester à distance de vastes territoires de cette région. Cette nouvelle étape permet à son tour de préserver définitivement une grande partie du pôle Nord des compagnies pétrolières et d’autres activités destructrices.