C’était pour moi une grande première ce dimanche : courir les 20 kilomètres de Bruxelles. Ce qui m’a décidé ? J’avais un objectif précis. Courir pour le climat aux côtés de Greenpeace et de l’organisation flamande Bond Beter Leefmilieu me semblait judicieux en cette année de sommet climatique à Paris. C’est sûr : l’expérience n’aurait pas été la même sans l’ambiance mise par ce groupe de 160 "climate-runners" !  Qu’importe la performance, l’important pour nous était de courir pour une juste cause. Et quelle cause…

Une journée d’actions au niveau international

Les 20 kilomètres, c’est un exercice d’endurance. Cela tombe bien car  il en faudra pour aller jusqu’au sommet climatique de décembre à Paris… et au-delà.  Chaque année, les grands de ce monde se réunissent pour discuter émissions de CO2, objectif d’énergie renouvelable, etc. A Copenhague en 2009, j’avais de grands espoirs et comme tout le monde, j’ai été très déçu. Ne faut-il plus nourrir de grands espoirs pour la cause ? Pas du tout ! Au contraire, la transition énergétique a déjà commencé. C’est d’ailleurs pour cette raison que je me mobilise pour le climat, jusqu’au mois de décembre et le rendez-vous parisien.

Courir pour le climat à Bruxelles était une excellente manière de lancer la mobilisation climatique. Partout dans le monde, des actions ont d’ailleurs eu lieu ce week-end. Des citoyens concernés se sont exprimés et rappelé qu’il était temps de se bouger pour le climat. En Belgique, 160 coureurs avaient choisi les 20 km de Bruxelles pour démontrer leur motivation. J’étais donc parmi eux.



Embarquez avec le "Climate Express"

Et je ne m’arrêterai pas là ! A Paris, la société civile belge portera le slogan #MoveTheClimate. Ils peuvent déjà compter sur mon engagement et mon soutien. Depuis le week-end dernier, des citoyens belges s’inscrivent pour se rendre au sommet climatique de Paris le 29 novembre. Que ce soit en train, en bus ou à vélo. Une organisation fantastique a été créée pour l’occasion : le "Climate Express". Soit un grand groupe de jeunes réuni dans un seul but : amener 10 000 Belges à Paris.  Moi, je compte y aller à vélo. Pour faire bouger les politiques et les entreprises. Que ce soit à vélo ou en train, j’espère vous y retrouver.

Comme je l’écrivais plus haut, la révolution énergétique est enclenchée. Le monde politique peut l’accélérer mais avec ou sans lui, nous continuerons à aller de l’avant. Et la preuve de cette transition, en dehors de tous les rapports techniques et scientifiques, je la trouverai prochainement à Alternatiba Bruxelles les 12 et 13 septembre. Alternatiba, c’est un sommet alternatif qui présente toutes les solutions concrètes pour un monde différent. Et ça ne parle pas que d’énergie mais également d’habitat, d’économie, de démocratie.

Alors, oui, courir 20 km dans une équipe de 160 personnes n’est finalement pas grand-chose face aux défis énormes qui nous attendent en cette année climatique. C’est un bon début mais il en faut plus. Ce n’est qu’en étant des milliers, durant toutes les prochaines manifestations et actions pour le climat, d’abord en Belgique puis à Paris, que nous ferons vraiment la différence.

Vous me suivez ?