Ce weekend a été marqué par le coup d’envoi mondial du mouvement Break Free réclamant un monde sans énergies fossiles. Break Free est une vague de personnes, de communautés, d’organisations locales et internationales s’opposant fermement aux énergies fossiles et polluantes et exigeant une transition équitable vers une ère d’énergies renouvelables.

Pour lancer ces trois semaines d’actions qui auront lieu à travers six continents, 1500 personnes ont participé ce weekend à un immense tour à vélo en Croatie tandis qu’en Israël, des communautés locales ont dénoncé une pollution de l’air due aux centrales au charbon. Dans le monde arabe, un jeu en ligne a été lancé pour mettre un terme aux énergies fossiles, tandis qu’aux Philippines, une coalition de groupes de la société civile et de communautés touchées par le charbon s’est rassemblée devant le siège d’une grande entreprise d’énergies fossiles.

La force de ce mouvement et sa croissance au cours de la dernière année sont simplement extraordinaires. Il a brisé les frontières en unissant des mouvements environnementaux, indigènes, de justice sociale, ainsi que ceux en faveur des femmes provenant de plus de 40 pays à travers le monde.

Du Chili jusqu’en Thaïlande, de l’Afrique du Sud jusqu’en Pologne, la population réclame un avenir sain. Nos familles méritent un air et de l’eau propres ainsi qu’une économie équitable ne dépendant pas d’industries émettrices de combustibles fossiles menaçant nos communautés et notre environnement.

L’une de ces compagnies est Total : elle souhaite s’approprier le pétrole à l’embouchure de l’Amazone. Récemment, un magnifique récif corallien y a été découvert, mais celui-ci est déjà menacé. Non seulement nous n’avons pas besoin de davantage de plateformes pétrolières, mais une marée noire risquerait également de détruire l’unique forme de vie de toute cette région.

Aidez-nous à arrêter Total et à protéger les récifs de l’Amazone ! Signez ici notre pétition