2018 n’échappe pas à la tradition : nos actions sur le terrain, nos études scientifiques, nos négociations avec l’industrie et le politique ont abouti à de belles avancées pour la planète. Nous en avons mis quelques-unes en avant. En nous soutenant, vous contribuez directement à ces beaux résultats.

   

Je soutiens les campagnes de Greenpeace

   

Pologne : bonne nouvelle pour Bialowieza

Avril : cap sur la forêt de Bialowieza, en Pologne. Cette forêt, victime des industriels forestiers, pourra enfin souffler. La justice européenne estime en effet que les autorités polonaises ont violé le droit européen de l’environnement en permettant d’importantes coupes dans cette forêt, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. Elle ordonne à la Pologne d’y suspendre les abattages d'arbres. La décision intervient suite à des mouvements de protestation pacifique contre le ministère polonais de l’environnement et des actions sur le terrain, au cœur de la forêt, menées entre autres par des militants de Greenpeace.

France : enfin des repas végétariens à la cantine !

En octobre, l’Assemblée nationale française a adopté définitivement le projet de loi qui introduit un repas végétarien hebdomadaire dans les cantines scolaires de tout le pays. Un bienfait pour la santé et pour l’environnement et une superbe victoire dans le cadre de notre campagne qui vise à réduire la quantité de protéines animales de 50% en 2050.

Belgique : 4 banques agissent pour le climat

En mai, suite à une action menée au siège de la KBC, la banque a décidé d’arrêter tout investissement dans les mines et centrales au charbon, y compris en Tchéquie. C’est un grand pas en avant par rapport à 2016, lorsque la banque avait annoncé qu’elle n’investirait plus dans le charbon, sauf en Tchéquie, l’un des principaux marchés pour KBC. Ce revirement est une victoire pour le climat en Tchéquie qui, aujourd'hui encore, est menacé par l'expansion minière. Des militants tchèques s’étaient d’ailleurs rendus à Bruxelles pour agir à nos côtés. Après BNP Paribas, Belfius et ING, voici donc la dernière des quatre grandes banques actives en Belgique qui décide de se lever pour le climat.

Antarctique : un peu de répit pour le krill

Au coeur de l’été, nous apprenons qu’une série d’industriels de la pêche au krill s’engagent à réduire leur impact sur la biodiversité marine de l’océan Antarctique et à soutenir notre demande pour la création d’un sanctuaire marin dans cette région. Ces industriels représentent 85% de la pêche au krill dans l’océan antarctique. Autant dire que c’est quasi toute l’industrie de la pêche au krill qui se bouge ! En quelques mois, la mobilisation de 1,7 million de personnes à travers le monde a donc porté ses fruits en parvenant à influencer une des industries les plus puissantes actives au pôle Sud.

Russie : le pays s’offre deux nouveaux parcs naturels

Début 2018, le gouvernement russe décide de créer un nouveau parc naturel, celui des Ladoga Skerries, en République de Carélie, qui s’inscrit parmi les plus grands parcs nationaux d'Europe. La zone s’étend sur 122.000 hectares et se compose de grandes îles boisées aux rochers polis par les vagues. On y trouve encore des aigles et des phoques annelés du Ladoga, une espèce en voie de disparition. Ce n’est pas tout : cet été, la forêt unique de Dvinsky, au coeur de la Russie, est protégée à son tour. De belles avancées auxquelles nos collègues de Greenpeace Russie ont largement contribué !                      

Belgique : la Flandre doit agir contre la pollution de l’air

Fin 2017, nous avions intenté une action en justice contre la ministre flamande de l'environnement pour son inaction en matière de qualité de l’air.  En octobre, la décision est tombée et Greenpeace a gagné le procès qui l’opposait à la Région flamande. Le juge a décidé que la Flandre doit, dans l’année, travailler à un plan pour la qualité de l’air portant sur tout son territoire. Par jour de retard, elle devra payer 1.000 euros, avec un maximum de 5 millions d’euros. Autant se mettre au travail immédiatement !