Récif de l'Amazone : découverte gênante pour Total

Actualité - avril 17, 2018
« Ni vu ni connu ». C’est ce qu’ont dû se dire les responsables de Total en omettant de préciser aux autorités brésiliennes une information cruciale, ou en faisant preuve d’incompétence : la zone de concessions au large du Brésil, là où Total compte chercher du pétrole, abrite une partie du Récif de l’Amazone. En direct de notre bateau l’Esperanza, je vous livre ici le récit de cette découverte capitale et vous demande d’interpeller le PDG de Total.

Non sans quelques difficultés, l’équipage surmotivé de l’Esperanza a réussi à immerger son matériel d’exploration scientifique dans les eaux particulièrement agitées et sédimentées de la côte nord du Brésil, à l’endroit même où Total veut forer des puits d’exploration pétrolière.

Grâce aux images transmises par le sonar, les scientifiques ont pu localiser des fonds propices au développement du récif. Ensuite, ils ont pu envoyer à cet endroit précis une caméra étanche ainsi que leur petit robot téléguidé, histoire de mieux voir ce qui se trame sous ces eaux tumultueuses.

Revivez la découverte en vidéo :

Les fonds marins dévoilent une partie de leurs trésors

Ces images d’exploration permettent aux scientifiques à bord d’être formels : rhodolithes, éponges, coraux… Les rhodolithes sont des algues calcaires (organismes vivants) qui constituent des habitats pour les poissons et autres créatures typiques des récifs. Leur présence confirme que le récif est bien là !

Il s’avère aussi que le récif est bien plus grand prévu. Alors que les scientifiques tablaient au départ sur une taille de 9500 km2, ils estiment aujourd’hui qu’il s’étendrait en réalité sur… 56 000 km2 !

Une marée noire ou une fuite seraient catastrophiques pour la faune et la flore de ce récif qui, rappelons-le, a été exploré pour la toute première fois seulement l’an dernier, par Greenpeace. De plus, les communautés côtières, dont les ressources dépendent de la mer, seraient touchées de plein fouet.

Négligence ? Omission ?

ENGLISH BELOWBanco de rodolitos coberto por algumas esponjas-do-mar na região dos Corais da Amazônia, a 180 metros de profundidade e 120 km da costa brasileira. A formação está dentro da bloco onde a empresa Total quer buscar petróleo e foi descoberta durante a expedição do Greenpeace na região. O navio Esperanza está no Brasil para uma expedição científica sobre os Corais da Amazônia. Pesquisadores e o time do Greenpeace buscam mais informações sobre esse bioma, que é único no mundo. Empresas internacionais têm planos de explorar petróleo na região próxima aos Corais em breve. Especialistas, no entanto, alertam que um vazamento ali ameaçaria de forma irreversível o bem-estar do ecossistema marinho e das pessoas que habitam a costa. Foto Greenpeace.Rhodolith field covered by some sponges in the Amazon Reef region, 180 meters deep and 120km off the northern coast of Brazil. The formation is where French company Total intends to drill for oil and was found during a Greenpeace expedition in Brazil. The ship Esperanza is back to Brazil for a scientific expedition about the Amazon Reef. Researchers and the Greenpeace team seek for more information about the biome that is unique in the world. International oil companies want to drill for oil within a few kilometers of the Amazon Reef soon. However, experts warn that an oil spill in the area would irreversibly threaten the well being of the ecosystem and people living in the coast. Photo Greenpeace.
Formation de rhodolithes et éponges photographiées à 180 mètres de profondeur, à l’intérieur du bloc FZA-M-86 où Total envisage de chercher du pétrole.
© Greenpeace

Le Récif de l’Amazone se trouve dans les concessions de Total, c’est une certitude. Cette information invalide le dossier que Total a remis aux autorités brésiliennes en vue d’avoir l’autorisation de commencer à forer. La question est de savoir comment le pétrolier a pu négliger une telle information. Il s’agit soit d’une preuve d’incompétence soit d’une omission volontaire. Quoi qu’il en soit, le gouvernement brésilien n’a désormais d’autre choix que de refuser d’accorder à la compagnie pétrolière les autorisations de forage !

Ensemble, nous avons déjà réussi l’an dernier à faire reculer une première fois les projets insensés de Total. Nous les ferons stopper une fois pour toute cette année !

Avec tout l’équipage de l’Esperanza, on vous demande de signer notre pétition pour sauver le récif de l’Amazone pour que Total renonce à ses projets : 

 

 

Article Source : Greenpeace France